Richesource, 1665 : L’Éloquence de la chaire

Définition publiée par Clara Delaveau

Jean Oudart de Richesource, L’Éloquence de la chaire ou la Rhétorique des prédicateurs (1665), Paris, à l’académie des orateurs, 1673, p. 84-85.

XIII. De tous les moyens que les Predicateurs peuvent enployer pour toucher & pour changer leurs Auditeurs außi agreablement, außi facilement & außi heureusement qu’il se puisse souhaiter, nous devons remarquer qu’il [ p. 114 ] n’y en a que deux qui soient des plus propres, des plus assurez & des plus faciles.

L’Anplification ou l’Exageration.

L’Hypotypose ou la Peinture des choses mêmes.

Qui sont deux des plus excellens termes de l’Eloquence, dont l’un represente la grandeur des Sujets qui se traitent, leur bonté, leur beauté, leurs deffaux, &c. & l’autre en découvre tous les accidens par la diversité des Trais & des Couleurs de l’Art oratoire, & trait pour trait, comme on parle, dont les Peintures doivent estre si vives, si naïves, si exactes & si ressenblentes qu’on soit forcé de dire qu’ils exposent les Originaux mêmes au lieu de leurs Peintures.