Richesource, 1665 : L’Éloquence de la chaire

Définition publiée par Clara Delaveau

Jean Oudart de Richesource, L’Éloquence de la chaire ou la Rhétorique des prédicateurs (1665), Paris, à l’académie des orateurs, 1673, p. 329-333.

 

 LA RHETORIQUE DE LA CHAIRE, LIVRE SECOND.

 

CHAPITRE PREMIER. De l’Action du Predicateur.

[...]

L’Inpression du disconrs dans la memoire est la premiere Fonction de l’Orateur, apres celle de la conposition, & cette inpression de memoire a deux Especes.

  • L’Une est inparfaite.

  • L’Autre est achevée.

L’Inpression inparfaite du discours dans la memoire, est celle des Predicateurs qui ont recours, ou au papier, ou à un ami : au papier pour se soulager, dans lequel ils écrivent les sommaires de ce qu’ils doivent dire : ou à un ami qui soulage la memoire de celui qui recite : cet artifice n’a pas grand usage parmi les Predicateurs du tenps, qui sont toujours [ p. 361 ] tres-bien preparez, à moins qu’ils aient peu de memoire & d’exercice, & qu’ils doivent parler.

L’Inpression parfaite du Discours dans la memoire est celle qui n’a besoin que de la seule memoire qui rend fidelement aux Predicateurs, les pensées & les expressions & les enrichissemens qu’ils lui ont confié.

 

Comme ce n’est pas icy nostre dessein ny le lieu de traiter de la memoire naturele & artificiele, il nous suffit de dire que les principaux secours de la memoire sont les quatre qui suivent.

  • La Connoissance des choses.

  • L’Art ou la Methode.

  • L’Ecriture ou le papier.

  • L’Exercice ou l’Usage.

La propre experience qu’un chacun a fait de sa memoire, dans les rencontres, est suffisante pour le conduire dans cet exercice.

Mais enfin nous ne pouvons nous dispenser de traiter, icy une question qui fait au sujet, & dont la resolution peut estre tres-utile aux jeunes Predicateurs, qui est de sçavoir s’il faut que le Predicateur s’assujetisse à aprendre, par memoire, toute la piece & jusqu’aux moindres dictions, & mot à mot, comme en parle, ou si pour éviter cette servitude, il se doit abandonner à son naturel, à son peu de memoire, à sa propre suffisance & capacité ? Pour résoudre la question, il faut user de quelque distinction & dire que ceux qui, par leur propre experience, sçavent qu’ils ont fort peu de memoire, & beaucoup de presence d’esprit, de capacité & de genie ou de naturel, ne doivent jamais preparer de piéces, tout à fait travaillées, & encore moins les aprendre, mot à mot ; C’est assez qu’il prénant les principales considerations qu’ils ont fait sur le sujet, où il se sont preparez de leur mieux, seulement par l’explication, l’anplification & la refutation [ p. 362 ] & qu’ils se disposent à un inpromptu, comme on parle, & qu’ils se laissent aller à leur genie, & s’il estoit possible qu’ils pussent oublier le sujet, les qualitez du sujet, l’anplification par les effets, les contraires & les senblables (ce que nous ne croions pas possible) ils peuvent les marquer sur un carton, pourveu qu’au prealable, ils se soient fait un stile d’inpronptu assez raisonnable & commode. Mais enfin nous disons que cette Methode n’est bonne que dans les assenblées de gens capables, & non pas populaires, ou de ces sortes de personnes qui ne sçavent pardonner que dans le confessional, a moins que ce soit des Predicateurs ou autorisez ou ocupez dans de grandes affaires. Et pour ce qui est des jeunes Predicateurs qui ont du loisir, de la memoire & peut-estre de la paresse un peu, & souvent trop da presonption ou d’eux-mèmes ou de leur bonheur, nous leur conseillons de faire toutes les démarches suivantes, c’est à dire tous les actes de la belle Declamation.

I. Qu’ils étudient leur sujet le plus exactement qu’il leur sera possible, selon les preceptes de ce Systeme, afin que de toutes les pensées qui y sont & qu’ils veulent enploier dans le discours, & confier à leur papier & à leur memoire, il ne leur en échape aucune.

II. Qu’ils se fassent un dessein ou une ordonnance, afin d’y raporter les plus belles remarques qu’ils ont dessein d’exposer au peuple, & le tour par écrit.

III. Qu’ils les enbellissenr & les enrichissent de toutes les plus belles curiositez de leurs lectures, qu’ils trouveront dans leurs repertoires, des plus beaux ornemens de l’Art oratoire, & les figures principalement.

IV. Qu’ils aprennent le tout de memoire & mot à mot apres l’avoir leu & releu, & analysé, c’est à dire apres s’estre rendu les raisons de leur conposition, comme d’une construction de Syntaxe, & qu’ils le recitent plusieurs fois seuls, & ensuite en presence de quelques-uns de leur amis & avec toute la grace & le dégagement qu’ils souhaiteroient que leurs meilleurs amis en usassent devant eux, en leur place, & qu’ils [ p. 363 ] continuent de la sorte jusqu’à ce qu’ils aient aquis les six habitudes qui suivent.

1. Celle de la Meditation.

2. Celle de la Disposition.

3. Celle de la Composition.

4. Celle de l’Expression.

5. Celle de la Recitation.

6. Celle de l’Action.

Par le frequent usage de ces six actions ils aquerront facilement ces six belles habitudes des hommes consommez & qui ne demandent qu’une apresdinée, pour se preparer & pour se faire admirer, sur des sujets d’inportance, quels qu’ils puissent estre, ce qu’on apelle vulgairement l’impromptu ou le coup de Maistre des grans Orateurs, qui sont en estat d’écrire, comme ils parlent, & de parler comme ils écrivent : qui pour y mieux reüssir reduisent ordinairement leurs pieces à de fort petits sommaires, qu’ils écrivent sur un carton ou lors qu’ils n’ont pas la memoire fort heureuse, ou lors qu’ils sont avancez en âge, ou lors qu’ils n’ont pas le loisir d’aprendre leur discours. Ils peuvent estre eux-mêmes les Juges du nonbre des actes ou de Meditation, & de Conposition, ou d’Expression ou de Disposition, ou de Recitation, ou d’Action qu’il leur faudra faire, pour avoir la Disposition consommée & convertie en cette divine habitude qu’on apelle, *** pour dire, déclamer divinement, ne nous étant pas possible de les déterminer, à cause que cette habitude dépend des trois principes de toutes les habitudes.

  • La Nature ou le Genie.

  • La Methode ou l’Art.

  • L’Exercice ou le Travail.

Qui ne sont pas moins differentes que les Personnes qui n’ont pas toutes une naissance egalement heureuse, ny les mêmes Maistres, ni une même assiduité & opiniatreté au travail. Voiez nostre Preface aux jeunes Predicateurs, comme aussi nostre Rhetorique civile sur le Traité de la memoire ou d’aprendre par cœur. [ p. 364 ]

Enfin le meilleur avis que nous puissions donner & aux uns & aux autres, c’est de faire une analyse sommaire de leur piece comme qui diroit l’anatomie & le squelete, en la denuant & dépoüillant de tous ses ornemens & de toutes ses anplifications oratoires, tant pour voir si elle est dans le bon sens & bien économisée, que pour la conprendre & la posseder ; & apres cette reveuë se laisser aller à leur genie ou naturel & à leur propre fecondité, & les autres, à leur habitude de parler, d’agir & de reciter.