Jacques Du Roure, 1662 : La Rhétorique françoise

Définition publiée par Leïla Perrier

Jacques Du Roure, La Rhétorique française nécessaire à tous ceux qui veulent parler, ou écrire comme il faut et faire ou juger : des discours familiers, des lettres, des harangues, des plaidoyers, et des prédications, Paris, chez l’Auteur, 1662, Seconde partie, p. 6, 8.

Définition publiée par Leïla Perrier, le 17 juin 2022

Entre toutes les qualitez de l’Orateur qu’on appelle aquises, la plus considerable est la vertu, sans laquelle Ciceron n’a voulu definir ni l’Eloquence, ni celuy qui la possede. Il appelle celle-la une belle expression des sentimens de quelque sage personne, & celuy-cy un homme de bien qui sait s’énoncer.

[...] [p. 8] [...]

Il est certain que la netteté & la pureté du langage sont les premiers fondemens de l’Eloquence, & que les plus grands hommes de l’antiquité se sont exercez sur ce suiet.