Jacques Du Roure, 1662 : La Rhétorique françoise

Définition publiée par Leïla Perrier

Jacques Du Roure, La Rhétorique française nécessaire à tous ceux qui veulent parler, ou écrire comme il faut et faire ou juger : des discours familiers, des lettres, des harangues, des plaidoyers, et des prédications, Paris, chez l’Auteur, 1662, Troisième partie, p. 50, 61.

Définition publiée par Leïla Perrier, le 29 juin 2022

Le lieu des effets & des circonstances est en partie celuy d’où le President Meinard avoit tiré le beau Quatrain, qu’il auoit fait écrire sur son Cabinet.

Las d'esperer & de me plaindre

Des Muses, des Grands, & du Sort, 

C'est icy que i'attends la mort, 

Sans la desirer, ni la craindre.

[...] [p. 61] [...]

Ie n’ay point rapporté d’exemple des Effets, parce qu’ordinairement on les méle avéque le lieu de la Façon & des Circonstances, dequoy l’on compose encore ce que les Reteurs appellent Description, mais qu’ils n’estiment point, quand ils y remarquent, comme ils font quelquefois, un Stile ou affecté, ou propre aux Ecoliers & aux Enfans. Il semble que le Pan, lors qu’il voit naître les premières fleurs de la plus belle saison de l’année, étale ses ailes aveq plus de magnificence, & dispute aveq le printemps à qui produira de plus belles choses. Il fait la rouë, il se tourne & se mire dans ses plumes, dont l’éclat est redoublé par celuy du iour, qui n’embellit pas seulement les couleurs de ce glorieux oyseau, mais qui les multiplie. Cela arrive particulierement à ces cercles d’or qui couronnent l’émail de ses ailes, & ressemblent chacun à un arc-en-ciel, qui change de couleur selon les divers aspects de la lumiere.