Bary, 1660 : La Rhetorique Francoise

Définition publiée par Dylan VANOTTI

René Bary, La Rhetorique Francoise Ou L'On Trouve de nouveaux Exemples sur les Passions & sur les Figures. Ou l'On Traite à Fonds de la Matière des Genres Oratoires, Paris, Pierre le Petit, 1660, troisième partie, « De l'Usage de la Gradation », p. 514

Définition publiée par Dylan Vanotti, le 14 mai 2019

Si les Apostres n’ont dit que ce qu’ils ont appris du saint Esprit, & si les Evesques n’ont enseigné que ce qu’ils ont appris des Apostres, pourquoy preferez-vous les conseils de ceux qui ne consultent que l’Université, aux remonstrances de ceux qui ne consultent que la Sorbonne? Les Philosophes peuvent ils aller du pair avec les Docteurs? Les lumieres naturelles sont-elles comparables aux illuminations divines?

Autre exemple.

Si Trebise demeure à la Cour, elle entretiendra Polyanthe des mauvais traitemens qu’elle a receus; Si elle l’entretient de ces fortes de choses, elle excitera sa colere: Si elle excite sa colere, ou elle diminuera les bonnes volontez. Si elle fait l’un ou l’autre, le regne deviendra insupportable : Prions donc Dieu, Messieurs, ou qu’il change l’esprit de Trebise, ou qu’il endurcisse le cœur de Polyanthe, ou que si sa justice veut affliger l’Estat, sa bonté nous donne la force de supporter constamment nos tribulations.

Cette figure porte sa preuve, & elle est d’autant plus considerable, qu’elle suppose ordinairement un esprit docte & methodique.