Le Gras, 1671 : La Rhetorique Françoise ou les preceptes de l'ancienne et vraye eloquence accomodez à l'usage des conversations & de la Societé civile : Du Barreau : Et de la Chaire

Définition publiée par VERNET Thibault

Le Gras, La Rhetorique Françoise ou les preceptes de l'ancienne et vraye eloquence accomodez à l'usage des conversations & de la Societé civile : Du Barreau : Et de la Chaire, Paris, A. de Rafflé, 1671, Troisième partie de la Rethorique, « De l'Elocution », chap. III, « Des Tropes », p. 187.

 

    La figure qui consiste en un seul mot s’appelle Trope, qui est un mot tiré du lieu où il est propre, pour estre employé dans un autre où il n’est pas propre, ce qui se fait à cause de la ressemblance du lieu d’où on le tire, avec celuy où on le transfere.
    Selon Aristote, les Tropes servent merveilleusement à rendre le discours agreable, parce qu’ils portent une nouvelle connoissance à l’esprit, & luy apprennent ce qu’il ne sçavoit pas, ce que ne font pas les mots estrangers ny les propres.
    Il y a unze Tropes, la Metaphore, la Synecdoche, la Metonimie, l’Atonomasie, l’Onomatopée, la Catachrése, l’Epitére, l’Allegorie, l’Ironie, la Periphrase, & l’Hyperbole.