Joseph de Jouvancy, 1710 : Candidatus rhetoricae

Définition publiée par Mattana-Basset

Joseph de Jouvancy, L’Élève de rhétorique (Candidatus rhetoricae, 1e éd. 1710, 1e trad. 1892), édité par les équipes RARE et STIH sous la direction de D. Denis et Fr. Goyet, Paris, Classiques Garnier, 2019, troisième partie, "De l'élocution", chap. II, "Des figures", art. II, "Des Figures de Pensées", "L'Hypotypose", p. 194-197. 

Définition publiée par RARE, le 01 juin 2020

L’Hypotypose est une figure qui peint les choses d’une manière si vive, qu’il semble non qu’on les entend, ou qu’on les lit, mais qu’on les voit, ou qu’on les fait. Elle diffère de l’Éthopée en ce que l’Éthopée ne peint que les sentiments tandis que l’Hypotypose peint plutôt ce qui se rapporte au corps qu’à l’esprit. < Ainsi : « Ce plan ainsi arrêté, il sort du palais, le crime, la fureur, la cruauté empreinte sur tous les traits de son visage ; il arrive au forum, et fait appeler les capitaines. Ils viennent sans crainte et sans défiance. Soudain il ordonne qu’ils soient chargés de fers. Ces malheureux implorent la justice du peuple romain ; ils demandent la raison de ce traitement barbare. » etc. Contre Verrès, V, § 106.

« Pendant qu’il proteste avec force, les six licteurs très vigoureux et très exercés à cet infâme ministère, le saisissent et le frappent à coups redoublés. Bientôt le chef des licteurs dont j’ai déjà parlé plus d’une fois, retourne son faisceau et lui frappe les yeux avec une horrible violence. Le visage tout en sang, il tombe aux pieds de ses bourreaux. » Contre Verrès, V. >

« Tout y retentissait de cris d’ivresse, le vin inondait les parquets, il ruisselait le long des murailles ; les mères de famille étaient confondues avec les prostituées ». < etc. Seconde Philippique. >

< « Je crois voir en effet cette reine des cités, l’ornement de l’univers, l’asile commun des nations, abîmée tout à coup dans un vaste embrasement ; je me représente la patrie ensevelie et les cadavres des malheureux citoyens amoncelés sans sépulture ; j’ai devant les yeux l’image effrayante de Céthégus se baignant, au gré de sa fureur, dans les flots de votre sang. » Quatrième Catilinaire, § 11. >