Quintilien, 94 : De l’Institution de l’orateur

Définition publiée par Génin
Définition publiée par Élie Génin, le 09 mai 2021

LIVRE HUITIÉME

[...]

CHAPITRE PREMIER. Ce qu'il faut considérer dans l'Elocution.

La phrase donc, comme l'appellent les Grecs, ou l'élocution, comme nous autres Latins l'appellons, se peut regarder par rapport aux mots pris séparément, ou par rapport aux mesmes mots joints ensemble. Dans les premiers, il faut observer qu'ils soient approuvez par l'usage, clairs, ornez, propres à exprimer nos idées; dans les seconds, qu'ils soient corrects, arrangez, figurez. J'ay desja dit dans mon premier Livre au Chapitre de la Grammaire, tout ce qu'il y avoit à dire touchant la maniere de parler correctement. Mais là il ne s'agissoit que de rendre la diction exempte de fautes; icy il est bon d'avertir qu'il en faut bannir, autant qu'on peut, toutes les façons de parler étrangeres, ou qui nous viennent des Provinces. Car on voit des gens qui sçavent assez bien leur Langue, & dont néantmoins le langage est plus précieux que poli. Témoin cette vieille d'Athenes qui ayant remarqué que Théophraste, homme d'ailleurs fort disert, affectoit un certain mot, ne balança pas à dire qu'il estoit Etranger, & quelqu'un luy demandant à quoy elle le connoissoit, en ce qu'il parle trop bien, répondit-elle.

Pollion au contraire trouvoit en Tite-Live, tout excellent Ecrivain qu'il est, je ne sçay quoy qui sentoit le terroir de Padouë, ou une certaine Patavinité, comme il l'appelloit. C'est pourquoy que tous nos mots, s'il est possible, & que nostre prononciation mesme sente son homme né dans le sein de la politesse, dans Rome, en sorte qu'à nous entendre, ou nous distingue de ces Citoyens Romains, qui le sont seulement par grace, & non de naissance.