Jean-Baptiste Crevier, 1765 : Rhétorique française

Définition publiée par Léonie Gémond

Jean-Baptiste Crevier, Rhétorique française (1765), Paris, Saillant, 1767, 2 tomes, t. 1, p. 8-9.

La Rhétorique enseigne les régles de l'Eloquence, & elle est définie communément l'Art de bien dire.

<N.d.A. : Quelques Critiques chicanent cette définition, comme chargée d'un mot superflu. Le mot bien, disent-ils, est de trop. Il ne faut point d'Art pour mal dire. Mais premiérement en matiére de Rhétorique on ne doit pas exiger une précision aussi sévére, que dans une rigide Dialectique. En second lieu, si l'on supprimoit le mot bien, on diroit donc l'Art de dire, ce qui n'est pas François ; ou l'Art de parler, ce qui seroit trop général, & comprendroit la Grammaire avec la Rhétorique. L'Art de bien dire, est l'Art qui enseigne à bien dire, ou qui donne les régles pour bien dire.>

 

Pour bien dire, deux [t. I, p. 2] parties sont nécessaires, la beauté de la pensée & celle de l'expression. Mais entre ces deux parties il n'y a nulle égalité. La premiére est incontestablement la plus importante, & même, à le bien prendre, la seule absolument nécessaire & vraiment essentielle. Celui qui pensera bien sur la matiére qu'il traite, qui aura saisi le vrai, qui mettra dans son raisonnement de la justesse & de la solidité, qui y joindra la douceur ou la force du sentiment selon que le sujet l'éxige ; pourvû que son expression soit claire & se fasse entendre, quand même elle ne seroit ni choisie, ni même tout-à-fait correcte, parviendra à persuader ; ce qui est le but que se propose l'Eloquence. « S. Paul, dit M. l'Abbé Fleuri, est éloquent dans son Grec demi-barbare. » Au contraire les plus beaux mots & les plus beaux tours de phrase, si le sens y manque, s'ils sont vuides de pensées, se réduisent à un vain bruit qui attire la dérision des gens sages, & qui ne peut que rendre méprisable le malhabile architecte qui bâtit un élégant édifice sans fondement. Car la pensée est le fondement du discours. Bien penser, dit [t. I, p. 3] Horace, est la source & le principe de bien dire : Scribendi rectè sapere est & principium & fons. Il faut commencer par avoir dans l'esprit une idée nette, juste, & précise : & l'expression suivra d'elle-même.

 

« Ce que l'on conçoit bien, s'énonce clairement :
Et les mots pour le dire arrivent aisément. »
<Boileau, Art Poët, chant 1>

 

Ecartons donc l'idée basse que l'on se forme quelquefois de la Rhétorique, en supposant qu'elle n'enseigne qu'à arranger des mots, à tourner une période, à connoître les noms des figures. Elle fait tout cela : mais elle est bien plus attentive à nous en enseigner le bon usage, & à donner des régles pour appliquer les mots à leur destination, qui est de servir de vêtement aux choses ; pour ajouter de l'agrément à la pensée par l'harmonie du discours ; pour placer les figures de maniére qu'elles fortifient la preuve par le sentiment.