Bary, 1660 : La rhetorique françoise

Définition publiée par RARE

René Bary, LA RHETORIQUE FRANCOISE, OU L’ON TROUUE DE nouueaux Exemples sur les Passions & sur les Figures. OU L’ON TRAITTE A FONDS de la Matiere des Genres Oratoires. ET OU LE SENTIMENT DES PVristes est rapporté sur les vsages de nostre Langue. NOUUELLE EDITION. Augmentée de nouueaux exemples, & de nouuelles remarques; d’vn traité des Beueuës de l’esprit, & d’vn examen des parties de l’Oraison, PARIS, Pierre le Petit, 1660, première partie, "Des preuves artificielles", p. 15-17.

Définition publiée par RARE, le 10 novembre 2017

Des Argumens.

L’Argument est vn discours dans lequel on infere vne chose d’vne autre.

[p. 16] Les termes font les propositions, & les propositions font les Arguments.

Les propositions sont simples, ou composées, generales ou particulieres, affirmatiues ou negatiues.

Si la proposition est generale, elle est appellée These.

Si elle est particuliere, elle est appellée Hypothese.

Si on aduance-vne proposition par maniere de doute, la chose proposée est appellée Question ou Problesme.

On considere en vn argument le moyen, la matiere & le mode.

Si on le considere au respect du moyen, la scituation du terme, d’où dépend sa consequence, le reduit sous telle ou telle figure.

Si le moyen est sujet dans la premiere proposition & attribut dans la seconde, il est de la premiere.

S’il est attribut dans la majeure & dans la mineure, il est de la seconde.

Et s’il est sujet dans les deux propositions, il est de la derniere.

Si on le considere au respect de la matiere, il est demonstratif, probable ou sophistique.

Et si outre les enuisagemens dont ie viens de parler on le considere au respect du mode, c’est à dire de son estenduë & de son racourcissement, de son affirmation, & de sa negation: ou il est des dix-neuf [p. 17] manieres d’argumenter, qui se referent aux trois figures: ou il est Induction, Exemple, Enthymeme, sorite, Dilemme, ou Dénombrement.