Définitions

Ajouter une définition

1662 : Jacques Du Roure

La Rhétorique françoise

Jacques Du Roure, La Rhétorique française nécessaire à tous ceux qui veulent parler, ou écrire comme il faut et faire ou juger : des discours familiers, des lettres, des harangues, des plaidoyers, et des prédications, Paris, chez l’Auteur, 1662, Quatrième partie, p. 78-80.

Consulter

1710 : Joseph de Jouvancy

Candidatus rhetoricae

Joseph de Jouvancy, L’Élève de rhétorique (Candidatus rhetoricae, 1e éd. 1710, 1e trad. 1892), édité par les équipes RARE et STIH sous la direction de D. Denis et Fr. Goyet, Paris, Classiques Garnier, 2019, cinquième partie, "Exercices préparatoires < d'Aphthonius >", VI. "Sixième exercice préparatoire, De la réfutation, de la confirmation, de la louange et du blâme", chap. III, "Des différentes espèces de petits discours et de la manière de traiter chacun d'eux", "Discours Eucharistique, ou action de grâces", p. 388-389. 

Consulter

Dictionnaires et encyclopédies

CN. voir Eucharistica (Oratio)

Furetière

[Grâce]

Grace, signifie aussi, Remerciement, et se dit plus souvent au pluriel. Il faut rendre grace à Dieu incessament, luy faire mille actions de graces : et en ce sens on appelle absolument Graces, la priere de remerciement qu’on fait aprés les repas. On dit en même sens, Graces à Dieu et à vous, pour remercier quelqu’un qui a contribué au succés de quelque affaire.

 

Littré

[Grâce]

Remercîment, témoignage de reconnaissance (le remercîment étant quelque chose de gracieux).

Je rends grâces aux dieux de n’être pas Romain. [Corneille, Horace]

 

On dit aussi actions de grâces. Rendre des actions de grâces.

[Après la bataille de Rocroi] l’armée commença l’action de grâces ; toute la France suivit ; on y élevait jusqu’au ciel le coup d’essai du duc d’Enghien. [Bossuet, Oraisons funèbres]

 

[Action]

Action de grâces, remercîment, témoignage de reconnaissance. Le Te Deum fut chanté en action de grâces. On lui rendit des actions de grâces.