Définitions

Ajouter une définition

1765 : Jean-Baptiste Crevier

Rhétorique française

Jean-Baptiste Crevier, Rhétorique française (1765), Paris, Saillant, 1767, 2 tomes, t. 2, p. 98.

Consulter

1782 : Pierre Thomas Nicolas Hurtaut

Manuale rhetorices

P. T. N. Hurtaut, Manuale rhetorices ad usum studiosae juventutis academicae, Exemplis tum Oratoriis, tu Poeticis, editio tertia, Paris, chez l'auteur, 1782, troisième section "De Elocutione", chapitre II "De Sermonis Dignitate", "Secundum genus Troporum, I "De Allegoria", p. 191.

Consulter

Dictionnaires et encyclopédies

Furetière

Proverbe, sentence populaire qu’on dit communément. Il n’est en usage qu’en ces phrases. Les Adages d’Erasme. C’est un vieil adage. Ce mot vient de ad et agor, dit Scaliger, quòd agatur ad aliud signandum, parce qu’on en use pour signifier autre chose.

 

Encyclopédie

[Mallet]

C’est un proverbe ou une sentence populaire que l’on dit communément. Voyez Proverbe, &c. Ce mot vient de ad & agor, suivant Scaliger, quod agatur ad aliud signandum, parce que l’on s’en sert pour signifier autre chose.

 

Erasme a fait une vaste & précieuse collection des adages Grecs & Latins, qu’il a tirés de leurs Poëtes, Orateurs, Philosophes, &c.

 

Adage, proverbe, & paroemia, signifient la même chose : mais l’adage est différent du gnome, de la sentence ou de l’apophthegme. V. Sentence & Apophthegme, &c.

 

Littré

Sentence, dire populaire. Qui aime bien châtie bien, est un adage.

Suivant l’adage, il faut cacher sa vie ; Je ne suis plus qu’un vieil ermite, un ours. [Millev. Épigr. l’Indépendant.]