Définitions

Ajouter une définition

1689 : Étienne Dubois de Bretteville

L’Éloquence de la chaire et du barreau

Étienne Dubois de Bretteville, L’Éloquence de la chaire et du barreau selon les principes les plus solides de la rhétorique sacrée et profane, Paris, Denys Thierry, 1689, p. 273

Consulter

1710 : Joseph de Jouvancy

Candidatus rhetoricae

Joseph de Jouvancy, L’Élève de rhétorique (Candidatus rhetoricae, 1e éd. 1710, 1e trad. 1892), édité par les équipes RARE et STIH sous la direction de D. Denis et Fr. Goyet, Paris, Classiques Garnier, 2019, troisième partie, "De l'élocution", chap. II, "Des figures", art. II, "Des Figures de Pensées", "La Concession", p. 186-189. 

Consulter

1837 : Joseph Victor Le Clerc

Nouvelle Rhétorique, extraite des meilleurs écrivains anciens et modernes

Joseph-Victor Le Clerc, Nouvelle Rhétorique, extraite des meilleurs écrivains anciens et modernes, suivie d'Observations sur les matières de composition dans les classes de rhétorique, et d’une Série de Questions à l’usage de ceux qui se préparent aux Examens dans les Collèges royaux et à la Faculté des Lettres, Bruxelles, Société belge de librairie, etc., Hauman, Cattoir et comp°, 1837 (1ère éd. 1823), p. 278

 

Consulter

1872 : Colonia

De arte rhetorica, libri quinque

Dominique De Colonia, De Arte rhetorica libri quinque, Lyon, apud Briday Bibliopolam, 1872, Liber Primus, chap. I, art. I, "De Figuris sententiarum", § III, "De Figuris ad docendum idoneis", V., "De Concessione et Permissione", p 87

Consulter

Dictionnaires et encyclopédies

Encyclopédie

[Mallet]

Figure de Rhétorique par laquelle l’orateur, sûr de la bonté de sa cause, semble accorder quelque chose à son adversaire, mais pour en tirer soi-même avantage, ou pour prévenir les incidens inutiles par lesquels on pourroit l’arrêter. Par exemple : Je ne veux pas contester la réalité du contrat, mais je me récrie contre son injustice ; c’est contre elle que j’implore le secours des lois… Elle est belle, il est vrai, mais ne devroit-elle pas témoigner au ciel sa reconnoissance des faveurs qu’il lui a prodiguées, par un vertueux usage de sa beauté ?

 

Cette figure est très-fréquente dans les plaidoyers de Cicéron : nous n’en citerons que ce trait de la cinquieme verrine :

Esto, eripe hæreditatem propinquis, prædare in bonis alienis, everte leges, &c. num etiam amicum bonis exturbare oportuit ? &c.

 

Littré

Terme de rhétorique. Figure par laquelle on accorde à son adversaire ce qu’on pouvait lui disputer.