Définitions

Ajouter une définition

1671 : Le Gras

La Rhetorique Françoise ou les preceptes de l'ancienne et vraye eloquence accomodez à l'usage des conversations & de la Societé civile : Du Barreau : Et de la Chaire

Le Gras, La Rhetorique Françoise ou les preceptes de l'ancienne et vraye eloquence accomodez à l'usage des conversations & de la Societé civile : Du Barreau : Et de la Chaire, Paris, A. de Rafflé, 1671, Seconde partie de la Rethorique, « De la Disposition », chap. VI, « De la Refutation », p. 149-153.

 

Consulter

1782 : Pierre Thomas Nicolas Hurtaut

Manuale rhetorices

P. T. N. Hurtaut, Manuale rhetorices ad usum studiosae juventutis academicae, Exemplis tum Oratoriis, tu Poeticis, editio tertia, Paris, chez l'auteur, 1782, deuxième partie, chapitre V, "De variis Orationum Partibus", "De Confutatione", p. 121-123.

Consulter

1872 : Colonia

De arte rhetorica, libri quinque

Dominique De Colonia, De Arte rhetorica libri quinque, Lyon, apud Briday Bibliopolam, 1872, Liber Tertius, chap. II, art. II, "De Confutatione", p 195-197

Consulter

Dictionnaires et encyclopédies

CN. voir Refutatio

Un des Progymnasmata ; ou Destructio

Furetière

Terme dogmatique, qui se dit d’une réponse qui destruit un argument, ou de la partie du discours où on prenoit les objections, et on y donne des solutions.

 

Encyclopédie

[Mallet]

Partie du discours qui, selon la division des anciens, consiste à répondre aux objections de son adversaire, & à résoudre ses difficultés.

 

On réfute les objections, soit en attaquant & détruisant les principes sur lesquels l’adversaire a fondé ses preuves, soit en montrant que de principes vrais en eux-mêmes il a tiré de fausses conséquences. On découvre les faux raisonnemens de son adversaire, en faisant voir tantôt qu’il a prouvé autre chose que ce qui étoit en question, tantôt qu’il a abusé de l’ambiguité des termes, ou qu’il a tiré une conclusion absolue & sans restriction, de ce qui n’étoit vrai que par accident, ou à quelques égards, &c.

 

On peut de même développer les faux raisonnemens dans lesquels l’intérêt, la passion, l’entêtement, &c. l’ont jetté ; relever avec adresse tout ce que l’animosité & la mauvaise foi lui ont fait hasarder : quelquefois il est de l’art de l’orateur de tourner les objections de sorte qu’elles paroissent ou ridicules, ou incroyables, ou contradictoires entre elles, ou étrangeres à la question. Il y a aussi des occasions où le ridicule qu’on répand sur les preuves de l’adversaire produit un meilleur effet, que si l’on s’attachoit à les combattre sérieusement. Cette partie du discours comporte la plaisanterie, pourvû qu’elle soit fine, délicate, & ménagée à propos. Voy. Réfutation.

Littré

Réfutation. Il est vieux