Définitions

Ajouter une définition

1710 : Joseph de Jouvancy

Candidatus rhetoricae

Joseph de Jouvancy, L’Élève de rhétorique (Candidatus rhetoricae, 1e éd. 1710, 1e trad. 1892), édité par les équipes RARE et STIH sous la direction de D. Denis et Fr. Goyet, Paris, Classiques Garnier, 2019, cinquième partie, "Exercices préparatoires < d'Aphthonius >", VI. "Sixième exercice préparatoire, De la réfutation, de la confirmation, de la louange et du blâme", chap. III, "Des différentes espèces de petits discours et de la manière de traiter chacun d'eux", "Consolation", p. 390-391. 

Consulter

1782 : Pierre Thomas Nicolas Hurtaut

Manuale rhetorices

P. T. N. Hurtaut, Manuale rhetorices ad usum studiosae juventutis academicae, Exemplis tum Oratoriis, tu Poeticis, editio tertia, Paris, chez l'auteur, 1782, deuxième section "De Dispositione", chap. IV "De variis Orationibus quae ad tria genera referri possunt", § II "Genus Deliberativum ", p. 103-104.

Consulter

1872 : Colonia

De arte rhetorica, libri quinque

Dominique De Colonia, De Arte rhetorica libri quinque, Lyon, apud Briday Bibliopolam, 1872, Liber Quartus, chap. I, art. II, p 228-229

Consulter

Dictionnaires et encyclopédies

Furetière

Discours qui sert à alleger la douleur d’un affligé. Malherbe a écrit de belles consolations à Carithée sur la mort de son mary, à du Perier sur la mort de sa fille, à la Princesse de Conti, etc.

 

Encyclopédie

[Diderot]

Est un discours par lequel on se propose de modérer la douleur ou la peine des autres. Voyez Lieu.

 

Dans la consolation on doit avoir une attention principale aux circonstances & aux rapports des personnes intéressées. Scaliger examine ceci fort bien dans son art poétique.

Le consolateur, dit-il, est ou supérieur, ou inférieur, ou égal, par rapport à la qualité, l’honneur, la richesse, la sagesse, ou l’âge : car Livie doit consoler Ovide d’une maniere fort différente de celle dont Ovide console Livie. Ainsi quant à l’autorité, un pere & un fils, Cicéron & Pompée, doivent consoler d’une maniere fort différente : de même par rapport à la richesse, si un client vouloit consoler Crassus ; par rapport à la sagesse, comme lorsque Séneque console Polybe & sa mere. Quant à l’âge, on n’a pas besoin d’exemples.

 

Un supérieur peut interposer son autorité, & même réprimander. Un homme sage peut disputer, alléguer des sentences. Un inférieur doit montrer du respect & de l’affection, & avoüer que ce qu’il avance il le tient de personnes sages & savantes. Pour les égaux, il les faut rappeller à l’amitié réciproque. Chambers.

 

Malherbe a adressé à son ami Duperrier une très belle ode pour le consoler de la mort de sa fille, & qui commence ainsi :

Ta douleur, Duperrier, sera donc éternelle, &c.

C’est-là qu’on trouve ces stances si nobles, où le poete personnifiant la mort, la représente comme un tyran qui n’épargne personne, & des coups duquel on doit d’autant plus se consoler, qu’ils sont inévitables dans toutes les conditions.

 

La mort a des rigueurs à nulle autre pareilles, &c.

 

On pourroit dire à tous ceux qui s’affligent de quelque perte : Le tems fera presque nécessairement ce que la raison & la religion n’auront pas fait, & vous aurez perdu tout le mérite du sacrifice. Un sentiment assez singulier, & qui n’est pas hors de la nature, c’est celui d’un amant qui s’affligeoit de ce qu’il se consoleroit un jour de la perte de celle qu’il aimoit.

C'est-là qu’on trouve ces stances si nobles, où le poete personnifiant la mort, la représente comme un tyran qui n’épargne personne, & des coups duquel on doit d’autant plus se consoler, qu’ils sont inévitables dans toutes les conditions.

Littré

Raisons que l’on emploie pour consoler quelqu’un. Adresser, recevoir des consolations.

Ma consolation vous serait superflue. [Corneille, Horace]

 

Titre de quelques ouvrages de philosophie morale. Les Consolations de Boèce.