Définitions

Ajouter une définition

1660 : Bary

La Rhetorique Francoise

René Bary, La Rhetorique Francoise Ou L'On Trouve de nouveaux Exemples sur les Passions & sur les Figures. Ou l'On Traite à Fonds de la Matière des Genres Oratoires, Paris, Pierre le Petit, 1660, première partie, « Exemple de la dissimiltude », p. 82

Consulter

1671 : Le Gras

La Rhétorique française

Le Gras, La Rhétorique française ou les préceptes de l’ancienne et vraie éloquence accommodés à l’usage des conversations et de la Société civile, du Barreau et de la Chaire, Paris, 1671, première partie « De l’Invention », chap XVII, "Des lieux des arguments en général", p. 62-63

Consulter

1710 : Joseph de Jouvancy

Candidatus rhetoricae

Joseph de Jouvancy, L’Élève de rhétorique (Candidatus rhetoricae, 1e éd. 1710, 1e trad. 1892), édité par les équipes RARE et STIH sous la direction de D. Denis et Fr. Goyet, Paris, Classiques Garnier, 2019, première partie, "Comprenant les premiers éléments de rhétorique relatifs à l'invention", chap. VII, "Des lieux intrinsèques", "De la Ressemblance et de la Dissemblance", p. 74-77 et chap. IX, "Exemples des lieux intrinsèques", art. IV, "Exemples des lieux du Semblable et du Dissemblable", p. 96-101. 

Consulter

1782 : Pierre Thomas Nicolas Hurtaut

Manuale rhetorices

 P. T. N. Hurtaut, Manuale rhetorices ad usum studiosae juventutis academicae, Exemplis tum Oratoriis, tu Poeticis, editio tertia, Paris, chez l'auteur, 1782, première section "De inventione", première partie "De locis, tum intrinsecis, tum extrinsecis", chapitre I "De locis intrinsecis", X "De Dissimilitudine", p. 43-45.

Consulter

1872 : Colonia

De arte rhetorica, libri quinque
Consulter

Dictionnaires et encyclopédies

Encyclopédie

[Mallet]

En Rhétorique, ou comme s’expriment les Rhéteurs, à dissimili, lieu commun d’où l’on tire des argumens de choses dissemblables ou différentes, pour en établir d’autres d’une nature aussi différente.

 

Tel est l’argument de Cicéron, lorsqu’il dit :

si barbarorum est in diem vivere, nostra consilia tempus spectare debent.

On diroit dans le même sens, s’il appartient au libertin de ne penser qu’au présent, l’homme sage doit s’occuper de l’avenir.

 

On trouve dans Catulle un argument à dissimili d’une grande beauté :

Soles occidere & redire possunt,
Nobis cum semel occidit brevis lux,
Nox est perpetua una dormienda.

 

Littré

Terme de rhétorique. Figure de pensée qui développe les différences de deux objets rapprochés d’abord comme analogues.