Définitions

Ajouter une définition

1671 : Le Gras

La Rhetorique Françoise ou les preceptes de l'ancienne et vraye eloquence accomodez à l'usage des conversations & de la Societé civile : Du Barreau : Et de la Chaire

Le Gras, La Rhetorique Françoise ou les preceptes de l'ancienne et vraye eloquence accomodez à l'usage des conversations & de la Societé civile : Du Barreau : Et de la Chaire, Paris, A. de Rafflé, 1671, Troisième partie de la Rethorique, « De l'Elocution », chap. IV, « Des Figures de Sentences », p. 211.

Consulter

1718 : Quintilien

De l'institution de l'orateur

Quintilien, De l'institution de l'orateur, Ie siècle ap. J-C ; trad. M l'Abbé Gedoyn, Chanoine de la Ste Chapelle de Paris, de l'Académie Royale des Inscriptions, & belles Lettres, Paris, Gregoire Dupuis, 1718, livre VIII, chap. III "Des ornements du Discours", p 522-523

Consulter

Dictionnaires et encyclopédies

CN. voir Efficacia

Furetière

Terme de Rhetorique, qui signifie une expression forte, et qui dit beaucoup en peu de mots. Cet Orateur parle avec beaucoup d’emphase, tous ses mots ont de l’emphase. On le dit aussi de la simple recitation. Les Gascons recitent leurs vers avec beaucoup d’emphase.

 

Encyclopédie

[Mallet]

Energie outrée dans l’expression, dans le ton de la voix, dans le geste.

 

Emphase se prend ordinairement en mauvaise part, & marque un défaut, soit dans les paroles, soit dans l’action de l’orateur. On dit d’un prédicateur qu’il prononce avec emphase, qu’il regne beaucoup d’emphase dans ses pieces ; & ce n’est sûrement pas un éloge.

Quel plus grand supplice, dit la Bruyere, que d’entendre prononcer de médiocres vers avec toute l’emphase d’un mauvais poëte !

 

Littré

Terme de rhétorique. Figure qui consiste à employer un mot qui a beaucoup de force, comme enflammé de colère, perdu de dettes, et qui, ne différant pas de la métaphore, de l’hyperbole, ne mériterait pas de porter un nom particulier.