Définitions

Ajouter une définition

94 : Quintilien

De l’Institution de l’orateur

Quintilien, De l’Institution de l’orateur, trad. Nicolas Gédoyn, Paris, Grégoire Dupuis, 1718, livre sixième, chapitre I, « De la Conclusion d'un Discours, Ou De la Péroraison. », p. 376.

Consulter

1662 : Jacques Du Roure

La Rhétorique françoise

Jacques Du Roure, La Rhétorique française nécessaire à tous ceux qui veulent parler, ou écrire comme il faut et faire ou juger : des discours familiers, des lettres, des harangues, des plaidoyers, et des prédications, Paris, chez l’Auteur, 1662, Troisième partie, p. 40-41, 72.

Consulter

1665 : Richesource

L’Éloquence de la chaire

Jean Oudart de Richesource, L’Éloquence de la chaire ou la Rhétorique des prédicateurs (1665), Paris, à l’académie des orateurs, 1673, p. 239-242.

Consulter

1689 : Aristote

De Arte Rhetorica

Aristote, De Arte Rhetorica libri tres, trad. lat. Marcantonio Majoragio (1514-1555), Padoue, Presses du Séminaire, 1689, liber III, caput XIX, « De epilogo », p. 441-444.

Consulter

1710 : Joseph de Jouvancy

Candidatus rhetoricae

Joseph de Jouvancy, L’Élève de rhétorique (Candidatus rhetoricae, 1e éd. 1710, 1e trad. 1892), édité par les équipes RARE et STIH sous la direction de D. Denis et Fr. Goyet, Paris, Classiques Garnier, 2019, cinquième partie, "Exercices préparatoires < d'Aphthonius >", II. "Deuxième exercice préparatoire, De la chrie", chap. II, "Parties dont se compose la chrie", "Épilogue", p. 290-291 et chap. V, "Transitions pour lier entre elles les parties de la chrie", "Formules d'Épilogues", p. 314-315. 

Consulter

1718 : Aristote

Rhétorique

Aristote, Rhétorique, trad. François Cassandre, 1re éd. 1654, La Haye, Isaac Vaillant, 1718, livre troisième, chap. XIX, « De la Péroraison », p. 487-490.

Consulter

Dictionnaires et encyclopédies

Furetière

Peroraison, la derniere partie d’un discours, d’un Traité, où l’on fait d’ordinaire une breve recapitulation de ce qu’on y a dit de plus fort. Le grand art des Orateurs paroist dans les épilogues. Ce mot vient du Grec epilogos, du verbe epilego, je dis aprés. L’épilogue est la fin du discours.

 

Encyclopédie

Dans l’art oratoire, conclusion ou derniere partie d’un discours ou d’un traité, laquelle contient ordinairement la récapitulation des principaux points répandus & exposés dans le corps du discours ou de l’ouvrage. Voyez Peroraison.

 

Littré

Sorte de conclusion, de résumé placé à la fin d’un apologue ou d’un discours et surtout d’un livre. La Fontaine a mis des épilogues à la fin de plusieurs livres de ses Fables. L’épilogue du poëme de Jocelyn.