Définitions

Ajouter une définition

1665 : Richesource

L’Éloquence de la chaire

Jean Oudart de Richesource, L’Éloquence de la chaire ou la Rhétorique des prédicateurs (1665), Paris, à l’académie des orateurs, 1673, p. 184-185.

Consulter

1718 : Quintilien

De l'institution de l'orateur

Quintilien, De l'institution de l'orateur, Ie siècle ap. J-C ; trad. M l'Abbé Gedoyn, Chanoine de la Ste Chapelle de Paris, de l'Académie Royale des Inscriptions, & belles Lettres, Paris, Gregoire Dupuis, 1718, livre VIII, chap. IV "Comment on peut amplifier, ou diminuer les choses dont on parle", p 532

Consulter

Dictionnaires et encyclopédies

CN. [Vossius] comme Attenuatio

Furetière

Est aussi une figure de Rhetorique opposée à l’hyperbole, par laquelle on diminuë, on amoindrit les choses. Au Palais en matiere criminelle on dit des deffenses par attenuation.

 

Encyclopédie

[Mallet]

Figure de Rhétorique, par laquelle on diminue une chose à dessein. Par exemple, si un adversaire qualifie une action de crime énorme, de méchanceté exécrable, on l’appelle simplement une saute, une fragilité pardonnable. Cette figure est opposée à l’hyperbole. Voyez Hyperbole.

 

Littré

Terme de rhétorique. Figure de pensée qui consiste à substituer à la véritable idée de la chose dont on parle, une idée du même genre mais moins forte.