Définitions

Ajouter une définition

1872 : Colonia

De arte rhetorica, libri quinque

Dominique De Colonia, De Arte rhetorica libri quinque, Lyon, apud Briday Bibliopolam, 1872, Liber Secundus, Chap. III, " De tertia Inventionis parte, seu de Motibus excitandis", p 167-168

Consulter

Dictionnaires et encyclopédies

Furetière

Colere qu’ont les gens de bien contre l’injustice et les meschantes actions. On ne sçauroit voir sans indignation la prosperité des scelerats.

Indignation, est aussi une figure de Rhetorique, par laquelle un Orateur invective et s’escrie contre quelque action, ou quelque personne indigne.

 

Encyclopédie

Sentiment mêlé de mépris & de colere que certaines injustices inattendues excitent en nous. L’indignation approuve la vengeance, mais n’y conduit pas. La colere passe ; l’indignation plus réfléchie dure : elle nous éloigne de l’indigne. L’indignation est muette ; c’est moins par le propos que par les mouvemens qu’elle se montre. Elle ne transporte pas, elle gonfle ; il est rare qu’elle soit injuste ; nous sommes souvent indignés d’un mauvais procédé, dont nous ne sommes pas l’objet. Une ame délicate s’indigne quelquefois des obstacles qu’on lui oppose, des motifs qu’on lui croit, des rivaux qu’on lui donne, des récompenses qu’on lui promet, des éloges qu’on lui adresse, des préférences mêmes qu’on lui accorde ; en un mot, de tout ce qui marque qu’on n’a pas d’elle l’estime qu’elle croit mériter.

 

Littré

Sentiment de colère et de mépris qu’excite une personne ou une chose indigne.

L’indignation qu’on prend avec étude,

Augmente avec le temps et porte un coup plus rude. [Corneille, La mort de Pompée]