Définitions

Ajouter une définition

94 : Quintilien

De l’Institution de l’orateur

Quintilien, De l’Institution de l’orateur, trad. Nicolas Gédoyn, Paris, Grégoire Dupuis, 1718, livre second, chapitre IV, « Par quels exercices doit commencer le maistre de Rhétorique. », p. 97-99.

Consulter

94 : Quintilien

De l’Institution de l’orateur

Quintilien, De l’Institution de l’orateur, trad. Nicolas Gédoyn, Paris, Grégoire Dupuis, 1718, livre septième, chap. V, « Du Deffaut d'Action », p. 472-473, chap. VI, « De l'état qui naist des termes de la Loy, & de l'intention du Législateur », p. 473-476, chap. VII, « De deux Loix que l'on oppose l'une à l'autre », p. 477-479, chap. VIII, « De l'état qui est fondé sur le Syllogisme ou sur le Raisonnement, p. 480-482, chap. IX, « De l'état qui se forme de l'ambiguité des termes », p. 482-485, et chap. X, « De l'union et de la diversité de ces états », p. 485-488.

Consulter

1660 : Bary

La rhetorique françoise

René Bary, LA RHETORIQUFRANCOISE, OU L’ON TROUUE DE nouueaux Exemples sur les Passions & sur les Figures. OU L’ON TRAITTE A FONDS de la Matiere des Genres Oratoires. ET OU LE SENTIMENT DES PVristes est rapporté sur les vsages de nostre Langue. NOUUELLE EDITION. Augmentée de nouueaux exemples, & de nouuelles remarques; d’vn traité des Beueuës de l’esprit, & d’vn examen des parties de l’Oraison, PARIS, Pierre le Petit, 1660, première partie, "Des preuves sans artifice", p. 5-7.

Consulter

1668 : Le Gras

La Rhetorique Françoise ou les preceptes de l'ancienne et vraye eloquence accomodez à l'usage des conversations & de la Societé civile : Du Barreau : Et de la Chaire

Le Gras, La Rhetorique Françoise ou les preceptes de l'ancienne et vraye eloquence accomodez à l'usage des conversations & de la Societé civile : Du Barreau : Et de la Chaire, Paris, A. de Rafflé, 1671, Première partie de la Rethorique, « De l'Invention », chap. XIV, « De l'Estat des Loix contraires », p. 46-47.

 

Consulter

1689 : Aristote

De Arte Rhetorica

Aristote, De Arte Rhetorica libri tres, trad. lat. Marcantonio Majoragio (1514-1555), Padoue, Presses du Séminaire, 1689, Liber I, Caput XIII, p. 135-137 et Caput XV, p. 147-150. 

Consulter

1718 : Aristote

Rhétorique

Aristote, Rhétorique, trad. François Cassandre, 1e éd. 1654, La Haye, Isaac Vaillant, 1718, Livre I, Chapitre XII, p. 143-144 et Chapitre XV, p. 156-160. 

Consulter

1765 : Jean-Baptiste Crevier

Rhétorique française

Jean-Baptiste Crevier, Rhétorique française (1765), Paris, Saillant, 1767, 2 tomes, t. 1, p. 148-153.

Consulter

1782 : Pierre Thomas Nicolas Hurtaut

Manuale rhetorices

P. T. N. Hurtaut, Manuale rhetorices ad usum studiosae juventutis academicae, Exemplis tum Oratoriis, tu Poeticis, editio tertia, Paris, chez l'auteur, 1782, première section "De Inventione", prmère partie "De locis, tùm intrinsecis, tùm extrinsecis", chapitre II "De Locis intrinsecis", I. "De legibus", p. 68-67.

Consulter

1816 : Gaspard Gilbert Delamalle

Essai d’institutions oratoires à l’usage de ceux qui se destinent au barreau

Gaspard Gilbert Delamalle, Essai d’institutions oratoires à l’usage de ceux qui se destinent au barreau, Paris, Delaunay, 1816, t. I, p. 17. 

Consulter

1816 : Gaspard Gilbert Delamalle

Essai d’institutions oratoires à l’usage de ceux qui se destinent au barreau

Gaspard Gilbert Delamalle, Essai d’institutions oratoires à l’usage de ceux qui se destinent au barreau, Paris, Delaunay, 1816, t. I, p. 23-24.  

Consulter

Dictionnaires et encyclopédies

CN.  Dans LOCUS EXTRINSECUS (SOURCE DES ARGUMENTS)

Furetière

[Loy]

Commandement qui vient d’une authorité superieure, auquel un inferieur est contraint d’obeïr. La premiere des loix est celle de la nature. Les premiers hommes vivoient selon la loy naturelle.

 

Littré

Prescription émanant de l’autorité souveraine. Établir, porter une loi. Chez les Romains, les lois se distinguaient ordinairement par le nom de famille des citoyens qui les avaient faites ou proposées : loi Cornélia, loi Julia, etc.

Sire, puisque le ciel entre la main des rois Dépose sa justice et la force des lois. [Corneille, Horace]