Définitions

Ajouter une définition

1689 : Étienne Dubois de Bretteville

L’Éloquence de la chaire et du barreau

Étienne Dubois de Bretteville, L’Éloquence de la chaire et du barreau selon les principes les plus solides de la rhétorique sacrée et profane, Paris, Denys Thierry, 1689, p. 289-290

Consulter

1872 : Colonia

De arte rhetorica, libri quinque

Dominique De Colonia, De Arte rhetorica libri quinque, Lyon, apud Briday Bibliopolam, 1872, Liber Primus, chap. I, art. I, "De Figuris sententiarum", § I., "De Figuris ad movendum idoneis", III., "De Obsecratione", p 75

Consulter

Dictionnaires et encyclopédies

CN. voir Deprecatio

Encyclopédie

(Belles-Lettres) Figure de Rhétorique par laquelle l’orateur implore l’assistance de Dieu ou de quelqu’Homme. Voyez Figure.

 

Ciceron fait un admirable usage de cette figure dans la harangue pour le roi Dejotarus, lorsqu’il dit à Céfar :

Per dexteram te istam oro ; quam rege Dejotaro, hospes hospiti porrexisti ; istam inquam dexteram, non tam in bellis & in prœliis, quam in promissis & fide firmiorem.

De même Virgile dit :

Quod te per cœli jucundum lumen & auras,

Per genitorem oro, per spem surgentis Iuli

Eripe me his, invicte, malis. Æneïd. VI.

 

Littré

Terme de rhétorique.

Figure par laquelle l’auteur implore l’assistance de Dieu ou de quelque personne. L’obsécration, par laquelle on conjure ses auditeurs au nom de leurs plus chers intérêts. [Dumars. Œuv. t. V, p. 287]