Définitions

Ajouter une définition

1689 : Aristote

De Arte Rhetorica

Aristote, De Arte Rhetorica libri tres, trad. lat. Marcantonio Majoragio (1514-1555), Padoue, Presses du Séminaire, 1689, liber III, caput VI, « De secunda virtute elocutionis, quae est, ut sit grandis, ac magnifica », p. 362-364.

Consulter

1718 : Aristote

Rhétorique

Aristote, Rhétorique, trad. François Cassandre, 1re éd. 1654, La Haye, Isaac Vaillant, 1718, livre troisième, chap. VI, « De l'Enflure », p. 393-396.

Consulter

Dictionnaires et encyclopédies

CN. voir [index de Du Cygne]

Furetière

Qui est grand et estendu. Ils se sont battus dans une ample et vaste campagne. Ce bastiment n’est pas assez ample pour loger tout le train du maistre. Ce pourpoint, ces manches sont trop amples, elles sont trop larges. On luy a donné une ample collation, pour dire, fort grande.

Ample, se dit figurément en Morale, et des choses spirituelles. Un Dictionaire ne sçauroit être trop ample. Le pouvoir qu’on donne à des Plenipotentiaires ne sçauroit être trop ample. Cette Bulle contient des privileges fort amples. Les escritures des Advocats sont toûjours trop amples, ils y disent bien des choses inutiles.

Littré

1. Très long et très large. Un manteau ample et flottant.

 

2. Considérable, étendu, copieux. Un ample repas. Une ample moisson.

Une ample comédie à cent actes divers. [La Fontaine, Fables]