Dictionnaires et encyclopédies

Furetière

Terme de Grammaire. Petit mot qui n’a qu’une syllabe ou deux, ou plus. Les articles, les interjections, plusieurs pronoms et adverbes sont des particules qu’on employe avec grace en toutes les Langues. On les appelle proprement particules, quand elles ne se declinent ni ne se conjuguent point. Pas est une particule negative.

 

Encyclopédie

[Beauzée]

 

Ce mot est un diminutif de partie ; & il signifie une petite partie d’un tout. Les Grammairiens l’ont adopté dans ce sens, pour désigner par un nom unique toutes les parties d’oraison indéclinables, les prépositions, les adverbes, les conjonctions & les interjections ; parce qu’elles sont en effet les moins importantes de celles qui sont nécessaires à la constitution du discours. Quel mal y auroit-il à cette dénomination, si en effet elle ne désignoit que les especes dont le caractere commun est l’indéclinabilité ?

C’est qu’elle ne sert, dit M. l’abbé Girad, vrais princip tom. II. dise. 13. pag. 311. qu’à confondre les especes entre elles, puisqu’on les place indifféremment dans la classe des particules, malgré la différence & de leurs noms & de leurs services, qui les font si bien connoitre.

Je ne prétends point devenir l’apologiste de l’abus qu’on peut avoir fait de ce terme ; mais je ne puis me dispenser d’observer que le raisonnement de cet auteur porte à plein sur un principe faux. Rien n’est plus raisonnable que de réunir sous un seul coup d’œil, au moyen d’une dénomination générique, plusieurs especes différenciées & par leurs noms spécifiques & par des caracteres propres très-marques : on ne s’avise point de dire que la dénomination générique confond les especes, quoiqu’elles les présente sous un même aspect ; & M. Girard lui-même n’admet-il pas sous la dénomination générique de particule, les interjectives & les discursives ; & sous chacune de ces especes d’autres especes subalternes ; par exemple, les exclamatives, les acclamatives & les imprécatives sous la premiere espece ; & sous la seconde, les assertives, les admonitives, les imitatives, les exhibitives, les explétives & les précursives.

 

Le véritable abus consiste en ce qu’on a appellé particules, non-seulement les mots indéclinables, mais encore de petits mots extraits des especes déclinables : il n’est pas rare de trouver, dans les méthodes préparées pour la torture de la jeunesse, la particule se, les particules son, sa, ses, ou leur ; & l’on sait que la particule on y joue un rôle important. C’est un abus réel, parce qu’il n’est plus possible d’assigner un caractere qui soit commun à tous ces mots, & qui puisse fonder la dénomination commune par laquelle on les désigne : & peut-être que la division des particules adoptées par l’académicien est vicieuse par le même endroit.

 

En effet, les particules interjectives, que tout le monde connoît sous le nom plus simple d’interjections, appartiennent exclusivement au langage du cœur, & il en convient en d’autres termes ; chacune d’elle vaut un discours entier : Voyez Interjection : & les particules discursives sont du langage analytique de l’esprit, & n’y sont jamais en effet que comme des particules réelles de l’énonciation totale de la pensée. Qu’y a-t-il de commun entre ces deux especes ? De désigner, dit-on, une affection dans la personne qui parle ; & l’on entend sans contredit une affection du cœur ou de l’esprit. A ce prix, particule & mot sont synonymes ; car il n’y a pas un mot qui n’énonce une pareille affection ; & ils ont un caractere commun qui est très-sensible, ils sont tous produits par la voix.

 

M. l’abbé de Dangeau, qui faisoit son capital de répandre la lumiere sur les matieres grammaticales, & qui croyoit, avec raison, ne pouvoir le faire avec succès, qu’en recueillant avec scrupule, & comparant avec soin tous les usages, a rassemble sous un seul coup d’œil les différens sens attachés par les Grammairiens au nom de particule. Opusc. pag. 231 & suiv.

 

1°. On donne, dit-il, le nom de particule à divers petits mots, quand on ne sait sous quel genre ou partie d’oraison on les doit ranger, ou qu’à divers égards ils se peuvent ranger sous diverses parties d’oraison… 2°. On donne aussi le même nom de particule à des petits mots, qui sont quelquefois prépositions & quelquefois adverbes… 3°. On donne aussi le même nom de particule à de petits mots qui ne signifient rien par eux-mêmes, mais qui changent quelque chose à la signification des mots auxquels on les ajoute : par exemple, les petits mots de ne & de pas… 4°. On doit donner le nom de particule principalement à de petits mots qui tiennent quelque chose d’une des parties d’oraison, & quelque chose d’une autre, comme du, au, des, aux… 5°. On donne encore le nom de particule à d’autres petits mots qui tiennent la place de quelques prépositions & de quelque nom, comme en, y & dont… 6°. Les syllabes ci, & , ainsi que les enclitiques ne, ve, que des Latins, & l’enclitique τε des Grecs, sont aussi des particules… 7°. Il y a d’autres sortes de particules qui servent à la composition des mots, & comme elles ne font jamais de mots à part, on les nomme des particules inséparables, comme re, de, des, mes, dis, &c… Tous ces différens usages des particules, & l’utilité dont il est de connoître la force qu’elles ont dans le discours, pourroit faire croire que ce ne seroit pas mal fait de faire de la particule une dixieme partie d’oraison.

 

Il paroît évidemment par cet extrait de ce qu’a écrit sur les particules le savant abbé de Dangeau, qu’il y a sur cet objet une incertitude singuliere & une confusion étrange dans le langage des Grammairiens ; & j’ajoute qu’il y a bien des erreurs.

 

1°. Donner le nom de particule à certains petits mots, quand on ne sait sous quel genre ou partie d’oraison on les doit ranger ; c’est constater par un nom d’une signification vague, l’ignorance d’un fait que l’on laisse indécis par malhabileté ou par paresse. Il seroit & plus simple & plus sage, ou de déclarer qu’on ignore la nature de ces mots, au lieu d’en imposer par un nom qui semble exprimer une idée, ou d’en rechercher la nature par voies ouvertes à la sagacité des Grammairiens.

 

2°. Regarder comme particules de petits mots qui à divers égards peuvent se ranger sous diverses parties d’oraison, ou qui sont, dit-on, quelquefois prépositions & quelquefois adverbes ; c’est introduire dans le langage grammatical la périssologie & la confusion. Quand vous trouvez, il est si savant, dites que si est adverbe ; & dans je ne sais si cela est entendu, dites que si est conjonction : mais quelle nécessité y a-t-il de dire que si soit particule ? Au reste, il arrive souvent que l’on croit mal-à-propos qu’un mot change d’espece, parce que quelque ellipse dérobe aux yeux les caracteres de syntaxe qui conviennent naturellement à ce mot : le mot après, dit M. de Dangeau, est préposition dans cette phrase, Pierre marche après Jacques ; il est adverbe dans celle-ci, Jacques marchoit devant, & pierre marchoit après : c’est une préposition dans la derniere phrase comme dans la premiere, mais il y a ellipse dans la seconde, & c’est comme si l’on disoit, Jacques marchoit devant (ou plutôt avant) Pierre, & Pierre marchoit après Jacques. On peut dire en général qu’il est très rare qu’un mot change d’espece ; & cela est tellement contre nature, que si nous en avons quelques-uns que nous sommes forcés d’admettre dans plusieurs classes, ou il faut reconnoître que c’est l’effet de quelque figure de construction ou de syntaxe que l’habitude ne nous laisse plus soupçonner mais que l’art peut retrouver, ou il faut l’attribuer à différentes étymologies : par exemple, notre adverbe si vient certainement de l’adverbe latin sic, & notre conjonction si est sans altération la conjonction latine si.

 

3°. Je ne crois pas, quoique M. de Dangeau le dise très-affirmativement, que l’on doive donner le nom de particule à nos petits mots du, des, au, aux. La Grammaire ne doit point juger des mots par l’étendue de leur matériel, ni les nommer d’après ce jugement ; c’est leur destination qui doit fixer leur nature. Or les mots dont il s’agit, loin d’être des particules dans le sens diminutif que présente ce mot, équivalent au contraire à deux parties d’oraison, puisque du veut dire de le, des veut dire de les, au veut dire à le, & aux veut dire à les. C’est ainsi qu’il faut les désigner, en marquant que ce sont des mots composés équivalens à telle préposition & tel article. C’est encore à-peu-près la même chose des mots en, y & dont : celui-ci est équivalent à de lequel, de laquelle, de lesquels, ou de lesquelles : les deux autres sont de vrais adverbes, puisque le mot en signifie de lui, d’elle, de cela, de ce lieu, d’eux, d’elles, de ces choses, de ces lieux ; & que le mot y veut dire à cela, à ces choses, en ce lieu, en ces lieux : or tout mot équivalent à une préposition avec son complément, est un adverbe. Voyez Adverbe.

 

4°. Enfin je suis persuadé, contre l’avis même de l’habile grammairien dont j’ai rapporté les paroles, que ce seroit très-mal fait de faire des particules une nouvelle partie d’oraison. On vient de voir que la plûpart de celles qu’il admettoit avec le gros des grammairiens, ont déja leur place fixée dans les parties d’oraison généralement reconnues, & par conséquent qu’il est au moins inutile d’imaginer pour ces mots une classe à part.

 

Les autres particules, dont je n’ai rien dit encore, & que je trouve en effet très-raisonnable de désigner par cette dénomination, ne constituent pas pour cela une partie d’oraison, c’est-à-dire, une espece particuliere de mots : & en voici la preuve. Un mot est une totalité de sons devenue par usage, pour ceux qui l’entendent, le signe d’une idée totale : voyez Mot : or les particules, que je consens de reconnoître sous ce nom, puisqu’il faut bien en fixer la notion par un terme propre, ne sont les signes d’aucune idée totale ; la plupart sont des syllabes qui ne deviennent significatives, qu’autant qu’elles sont jointes à d’autres mots dont elles deviennent parties, de sorte qu’on ne peut pas même dire d’aucune que ce soit une totalité de sons, puisque chacune devient son partiel du mot entier qui en résulte.

 

Au lieu donc de regarder les particules comme des mots, il faut s’en tenir à la notion indiquée par l’étymologie même du nom, & dire que ce sont des parties élémentaires qui entrent dans la composition de certains mots, pour ajouter à l’idée primitive du mot simple auquel on les adapte, une idée accessoire dont ces élémens sont les signes.

 

On peut distinguer deux sortes de particules, à cause des deux manieres dont elles peuvent s’adapter avec le mot simple dont elles modifient la signification primitive, les unes sont prépositives, ou préfixes, pour parler le langage de la grammaire hébraïque, parce qu’elles se mettent à la tête du mot ; les autres sont postpositives, ou affixes, parce qu’elles se mettent à la fin du mot.

 

Les particules que je nomme prépositives ou préfixes, s’appellent communément prépositions inséparables ; mais cette dénomination est doublement vicieuse : 1°. elle confond les élémens dont il s’agit ici avec l’espece de mots à laquelle convient exclusivement le nom de préposition : 2°. elle présente comme fondamentale l’idée de la position de ces particules, en la nommant la premiere ; & elle montre comme subordonnée & accessoire l’idée de leur nature élémentaire, en la désignant en second : au lieu que la dénomination de particule prépositive ou préfixe n’abuse du nom d’aucune espece de mot, & présente les idées dans leur ordre naturel. On ne sauroit mettre dans ces termes techniques trop de vérité, trop de clarté, ni trop de justesse.

 

Voici dans l’ordre alphabétique nos principales particules prépositives.

 

A, ou ad, particule empruntée de la préposition latine ad, marque, comme cette préposition, la tendance vers un but physique ou moral. On se sert de a dans les mots que nous composons nous-mêmes à l’imitation de ceux du latin, & même dans quelques-uns de ceux que nous avons empruntés : aguerrir (ad bellum aptiorem facere), améliorer (ad melius ducere), anéantir (réduire à néant, ad nihilum) ; avocat que l’on écrivoit & que l’on prononçoit anciennement advocat (ad alienam causam dicendam vocatus). On se sert de ad quand le mot simple commence par une voyelle, par un h muet, par la consonne m, & quelquefois quand il commence par j ou par v : adapter (aptare ad), adhérer (hærere ad), admettre (mettre dans), adjoint (junctus ad), adverbe (ad verbum junctus), &c. Dans quelques cas, le d de ad se transforme en la consonne qui commence le mot simple, si c’est un cou un q, comme accumuler, acquérir ; un f, comme affamer ; un g, comme aggréger ; un l, comme allaiter ; un n, comme annexer ; un p, comme applanir, appauvrir, apposition ; un r, comme arranger, arrondir ; un s, comme assaillir, assidu, assortir ; un t comme attribut, atténué, &c.

 

Ab ou abs, qui est sans aucune altération la préposition latine, marque principalement la séparation ; comme abhorrer, abjuration, ablution, abnégation, abortif, abrogé, absolution, abstinence, abstrait, abusis, &c.

 

Anti marque quelquefois la priorité, & alors il vient de la préposition latine ante, comme dans antidate ; mais ordinairement nous conservons le latin en entier, antecesseur. Plus souvent il vient du grec ἀντὶ, contrà, & alors il marque opposition : ainsi le poëme immortel du cardinal de Polignac, dont M. de Bougainville a donné au public une excellente traduction, porte à juste titre le nom d’Antilucrece, puisque la doctrine du poete moderne est tout-à-fait opposée au matérialisme absurde & impie de l’ancien. Voyez Anti.

 

Co, com, col, cor & con, est une particule empruntée de la préposition latine cum (avec) dont elle garde le sens dans la composition. On se sert de co devant un mot simple qui commence par une voyelle ou par un h muet ; coadjuteur, coéternel, coincidence, coopération, cohabiter, cohéritier. On emploie com devant une des consonnes labiales b, p, ou m ; combattre, compétiteur, commutation. On se sert de col, quand le mot simple commence par l ; collection, colliger, collusion : le mot colporteur n’est point contraire à cette regle, il signifie porteur au col. On fait usage de cor devant les mots qui commencent par r, correlatif, correspondance. Dans toutes les autres occasions on se sert de con ; concordance, condenser, confédération, conglutiner, conjonctif, connexion, conquérir, consentir, conspirer, contemporain, convention.

 

Contre, servant comme particule, conserve le même sens d’opposition qui est propre à la préposition ; contredire, contremander, contrevenir : contrefaire, c’est imiter contre la vérité ; contrefait veut quelquefois dire, fait contre les lois ordinaires & les proportions de la nature ; contretirer une estampe, c’est la tirer dans un sens opposé & contraire. Mais dans contresigner, contre veut seulement dire auprès.

 

De sert quelquefois à étendre la signification du mot ; elle est ampliative, comme dans déclarer, découper, détremper, dévorer : d’autres fois elle est négative & sert à marquer la suppression de l’idée énoncée par le mot simple, comme dans débarquer, décamper, dédire, défaire, dégénéré, déloyal, démasqué, dénaturé, dépourvu, déréglement, desabuser, détorse, dévaliser.

 

Dés est toujours negative dans le même sens que l’on vient de voir ; désaccorder, desennuyer, déshabiller, déshérité, déshonneur, désintéressement, desordre, désunion.

 

Di est communément une particule extensive ; diriger, c’est regler de point en point ; dilater, c’est donner beaucoup d’étendue ; diminuer, c’est rendre plus menu, &c.

 

Dis est plus souvent une particule négative ; discordance, disgrace, disproportion, disparité. Quelquefois elle marque diversité ; disputer (disputare) signifie littéralement diversa putare, ce qui est l’origine des disputes ; distinguer, selon M. l’abbé de Dangeau, (Opusc. p. 239.) vient de dis & de tingere (teindre), & signifie proprement teindre d’une couleur différente, ce qui est très-propre à distinguer ; discerner, voir les différences ; disposer, placer les diverses parties, &c. Dans diffamer, difficile, difforme, c’est la particule dis dont le s final est changé en f, à cause du f initial des mots simples, & elle y est négative.

 

É & ex sont des particules qui viennent des propositions latines é ou ex, & qui dans la composition marquent une idée accessoire d’extraction ou de séparation : ébrancher, oter les branches ; écervelé, qui a perdu la cervelle ; édenter, ôter les dents ; effréné, qui s’est soustrait au frein ; élargir, c’est séparer davantage les parties élémentaires ou les borne, émission, l’action de pousser hors de soi ; énerver, ôter la force aux nerfs ; épousseter, ôter la poussiere, &c. exalter, mettre au-dessus des autres ; excéder, aller hors des bornes ; exhéréder, ôter l’héritage ; exister, être hors du néant ; exposer, mettre au dehors ; exterminer, mettre hors des termes ou des bornes, &c. Il ne faut pas croire au reste, comme le donne à entendre M. l’abbé Regnier, (Gramm. franç. in-12. p. 545. in-4°. page 574.) que ce soit la particule é qui se trouve à la tête des mots écolier, épi, éponge, état, étude, espace, esprit, espece, &c. & de plusieurs autres qui viennent de mots latins commençant par s suivie d’une autre consonne, scholaris, spica, spongia, status, studium, spatium, spiritus, species, &c.

 

La difficulté que l’on trouva à prononcer de suite les deux consonnes initiales, fit prendre naturellement le parti de prononcer la premiere comme dans l’alphabet, es ; & des lors on dit, & l’on écrivit ensuite, escolier, espi, esponge, estat, espace, esprit, espece, &c. l’euphonie dans la suite supprima la lettre s de la prononciation de quelques-uns de ces mots, & l’on dit écolier, épi, éponge, état, étude ; & ce n’est que depuis peu que nous avons supprimé cette lettre dans l’orthographe : elle subsiste encore dans celle des mots espace, esprit, espece, parce qu’on l’y prononce. Si cet e ne s’est point mis dans quelques dérivés de ces mots, ou dans d’autres mots d’origine semblable, c’est qu’ils se sont introduits dans la langue en d’autres tems, & qu’étant d’un usage moins populaire, ils ont été moins exposes à souffrir quelque altération dans la bouche des gens éclairés qui les introduisirent.

 

La particule en, dans la composition, conserve le même sens à-peu-près que la préposition, & marque position ou disposition : position, comme dans encaisser, endosser, enfoncer, engager, enlever, enjeu, enregistrer, ensevelir, entasser, envisager : disposition, comme dans encourager, endormir, engrosser, enhardir, enrichir, ensanglanter, enivrer. Lorsque le mot simple commence par une des labiales b, p ou m, la particule en devient em ; embaumer, empaler, emmailloter : & l’abbréviateur de Richelet, M. l’abbé Goujet, péche contre l’usage & contre l’analogie, lorsqu’il écrit enmailloter, enmancher, enménager, enmener.

 

In est une particule qui a dans notre langue, ainsi qu’elle avoit en latin, deux usages très-différens. 1°. Elle conserve en plusieurs mots le sens de la préposition latine in, ou de notre particule françoise en, & par conséquent elle marque position ou disposition ; position, comme incarnation, infuser, ingrédient, inhumation, initier, inné, inoculation, inscrire, intrus, invasion ; disposition, comme inciter, induire, influence, innover, inquisition, insigne, intention, inversion. In & en ont tellement le même sens, quand on les considere comme venues de la préposition, que l’usage les partage quelquefois entre des mots simples qui ont une même origine & un même sens individuel, & qui ne différent que par le sens spécifique : inclination, enclin ; inflammation, enflammer ; injonction, enjoindre ; intonation, entoner. 2°. In est souvent une particule privative, qui marque l’absence de l’idée individuelle énoncée par le mot simple : inanimé, inconstant, indocile, inégal, infortuné, ingrat, inhumain, inhumanité, inique, injustice, innombrable, inoui, inquiet, inséparable, intolérance, involontaire, inutile. Quel que puisse être le sens de cette particule, on en change la finale n en m devant les mots simples qui commençent par une des labiales b, p, ou m ; imbiber, imbu, imbécille, impétueux, imposer, impénitence ; immersion, imminent, immodeste : n se change en l devant l, & en r devant r ; illuminer, illicite ; irruption, irradiation, irréverent.

 

ou més est la même particule dont l’euphonie supprime souvent la finale s : elle est privative, mais dans un sens moral, & marque quelque chose de mauvais, le mal n’étant que l’absence ou la privation du bien. M. l’abbé Regnier (pag. 562. in-12, ou pag. 589. in-4°.) a donné la liste de tous les mots composés de cette particule usitée de son tems, & il écrit mes par-tout, soit que l’on prononce ou que l’on ne prononce pas s : en voici une autre un peu différente ; je n’ai écrit s que dans les mots où cette lettre se prononce, & c’est lorsque le mot simple commence par une voyelle ; j’ai retranché quelques mots qui ne sont plus usités, & j’en ai ajoûté quelques-uns qui sont d’usage : mécomptes, mécompter ; méconnoissable, méconnoissance, méconnoître ; mécontent, comme mal content, (voyez les Remar. nouv. de Bouhours, tome I. pag. 271.) mécontentement, mécontenter ; mécréant ; médire, médisance, médisant ; méfaire, méfait ; mégarde ; méprendre, méprise ; mépris, méprisable, méprisant, mépriser ; mésaise comme malaise ; mésalliance, mésallié ; mésestimer ; mésintelligence ; mésoffrir ; messéance, messéant comme malseant ; mesuser ; mévendre, mevente. Les Italiens emploient mis dans le sens de notre més ; & les Allemands ont miss qui paroît être la racine de notre particule. Voyez le Gloss. germ. de Wachter, proleg. sect. V.

 

Par ou per est une particule ampliative qui marque l’idée accessoire de plénitude ou de perfection ; parfait, entierement fait ; parvenir, venir jusqu’au bout ; persécuter comme persequi, suivre avec acharnement ; peroraison, ce qui donne la plénitude entiere à l’oraison, &c. La particule latine per avoit la même énergie ; c’est pourquoi devant les adjectifs & les adverbes elle leur donnoit le sens ampliatif ou superlatif : periniquus, très-injuste ; perabsurde, d’une maniere fort absurde, &c.

 

Nous avons encore plusieurs autres particules qui viennent ou de nos prépositions, ou des prépositions latines, ou de quelques particules latines : elles en conservent le sens dans nos mots composés, & n’ont pas grand besoin d’être expliquées ici : en voici quelques exemples : entreprendre, interrompre, introduire, pourvoir, prévoir, produire, rassembler, rebâtir, réassigner, réconcilier, rétrograder, subvenir, subdélégué, soumettre, sourire, survenir, traduire, transposer.

 

Je remarquerai seulement sur la particule re ou , que souvent un même mot simple reçoit des significations très-différentes, selon qu’il est précédé de re avec l’e muet, ou de avec l’é fermé : repondre, c’est pondre une seconde fois, répondre, c’est répliquer à un discours ; reformer, c’est former de nouveau, réformer, c’est donner une meilleure forme ; repartir, c’est répliquer, ou partir pour retourner, répartir, c’est distribuer en plusieurs parts.

 

On peut lire avec fruit sur quelques particules prépositives, les Remarques nouvelles du pere Bouhours, tom. I. pag. 257, 298 & 556.

 

Le nombre de nos particules postpositives n’est pas grand : nous n’en avons que trois ci, & da. Ci indique des objets plus prochains, des objets plus éloignés : de-là la différence de sens que reçoivent les mots, selon qu’on les termine par l’une ou par l’autre de ces particules ; ceci, cela ; voici, voila ; celui-ci, celui-là ; cet homme-ci, cet homme là.

 

Da est ampliatif dans l’affirmation ouida ; & c’est le seul cas où l’usage permette aujourd’hui de l’employer. Cette particule étoit autrefois plus usitée comme affirmative : il avoit une épée da, c’est un habile homme da. Plus anciennement elle s’écrivoit dea ; & Garnier dans sa tragédie de Bradamante, commence ainsi un vers :

Dea, mon fiere, hé pourquoi ne me l’aviez vous dit ?

 

Il y avoit donc une suite de diphtongue : sur quoi je ferai une observation que l’on peut ajouter à celles de Ménage. C’est que dans le patois de Verdun, il y a une affirmation qui est vie dia, & quelquefois on dit pa la vie dia ; ce que je crois qui signifie par la vie de Dieu, en sorte que vie dia c’est vie de Dieu, ou vive Dieu. Or dia & dea ne different que comme i & e qui sont des sons très-approchans & souvent confondus : ainsi rien n’empêche de croire que da n’est affirmatif qu’autant qu’il prend Dieu même à témoin.

 

Littré

Terme de grammaire. Nom donné, en général, à tous les mots très courts et invariables ; c’est dans ce sens qu’on a dit longtemps la particule on. Et, ou, ni, mais, que, etc. sont des particules.

Combien les particules servent non-seulement à lier ensemble les périodes, ou les parties différentes d’une même phrase, mais encore à orner et à varier le style. [Rollin, Traité des Études]