Dictionnaires et encyclopédies

CN. voir Adjuncta personarum

Furetière

Le pays où on est né ; et il se dit tant du lieu particulier, que de la Province et de l’Empire ou de l’Estat où on a pris naissance. Un François qui s’en retourne de l’Inde en Europe, dit qu’il s’en retourne à sa patrie. Les Romains et les Grecs avoient grande amour pour la patrie, se devoüoient pour la patrie. Quintus Curtius Chevalier Romain se jetta dans un abysme pour le salut de sa patrie. On dit figurément, que Rome est la patrie commune des Chrêtiens. Le Ciel est nostre veritable patrie. Un Philosophe est par tout en sa patrie. La patrie est le lieu où on est bien.

 

Encyclopédie

[Jaucourt]

Le rhéteur peu logicien, le géographe qui ne s’occupe que de la position des lieux, & le léxicographe vulgaire, prennent la patrie pour le lieu de la naissance, quel qu’il soit ; mais le philosophe sait que ce mot vient du latin pater, qui représente un pere & des enfans, & conséquemment qu’il exprime le sens que nous attachons à celui de famille, de société, d’état libre, dont nous sommes membres, & dont les lois assurent nos libertés & notre bonheur. Il n’est point de patrie sous le joug du despotisme. Dans le siecle passé, Colbert confondit aussi royaume & patrie ; enfin un moderne mieux instruit, a mis au jour une dissertation sur ce mot, dans laquelle il a fixé avec tant de goût & de vérité, la signification de ce terme, sa nature, & l’idée qu’on doit s’en faire, que j’aurois tort de ne pas embellir, disons plutôt ne pas former mon article des réflexions de cet écrivain spirituel.

 

Les Grecs & les Romains ne connoissoient rien de si aimable & de si sacré que la patrie ; ils disoient qu’on se doit tout entier à elle ; qu’il n’est pas plus permis de s’en venger, que de son pere ; qu’il ne faut avoir d’amis que les siens ; que de tous les augures, le meilleur est de combattre pour elle ; qu’il est beau, qu’il est doux de mourir pour la conserver ; que le ciel ne s’ouvre qu’à ceux qui l’ont servie. Ainsi parloient les magistrats, les guerriers & le peuple. Quelle idée se formoient-ils donc de la patrie ?

 

La patrie, disoient-ils, est une terre que tous les habitans sont intéressés à conserver, que personne ne veut quitter, parce qu’on n’abandonne pas son bonheur, & où les étrangers cherchent un asyle. C’est une nourrice qui donne son lait avec autant de plaisir qu’on le reçoit. C’est une mere qui chérit tous ses enfans, qui ne les distingue qu’autant qu’ils se distinguent eux-mêmes ; qui veut bien qu’il y ait de l’opulence & de la médiocrité, mais point de pauvres ; des grands & des petits, mais personne d’opprimé ; qui même dans ce partage inégal, conserve une sorte d’égalité, en ouvrant à tous le chemin des premieres places ; qui ne souffre aucun mal dans sa famille, que ceux qu’elle ne peut empêcher, la maladie & la mort ; qui croiroit n’avoir rien fait en donnant l’être à ses enfans, si elle n’y ajoutoit le bien-être. C’est une puissance aussi ancienne que la société, fondée sur la nature & l’ordre ; une puissance supérieure à toutes les puissances qu’elle établit dans son sein, archontes, suffetes, éphores, consuls ou rois ; une puissance qui soumet à ses lois ceux qui commandent en son nom, comme ceux qui obéissent. C’est une divinité qui n’accepte des offrandes que pour les répandre, qui demande plus d’attachement que de crainte, qui sourit en faisant du bien, & qui soupire en lançant la foudre.

 

Telle est la patrie ! l’amour qu’on lui porte conduit à la bonté des mœurs, & la bonté des mœurs conduit à l’amour de la patrie ; cet amour est l’amour des lois & du bonheur de l’état, amour singulierement affecté aux démocraties ; c’est une vertu politique, par laquelle on renonce à soi-même, en préférant l’intérêt public au sien propre ; c’est un sentiment, & non une suite de connoissance ; le dernier homme de l’état peut avoir ce sentiment comme le chef de la république.

 

Le mot de patrie étoit un des premiers mots que les enfans bégayoient chez les Grecs & chez les Romains ; c’étoit l’ame des conversations, & le cri de guerre ; il embellissoit la poésie, il échauffoit les orateurs, il présidoit au sénat, il retentissoit au théatre, & dans les assemblées du peuple ; il étoit gravé sur les monumens. Cicéron trouvoit ce mot si tendre, qu’il le préféroit à tout autre, quand il parloit des intérêts de Rome.

 

Il y avoit encore chez les Grecs & les romains, des usages qui rappelloient sans cesse l’idée de la patrie avec le mot ; des couronnes, des triomphes, des statues, des tombeaux, des oraisons funebres ; c’étoient autant de ressorts pour le patriotisme. Il y avoit aussi des spectacles vraiment publics, où tous les ordres se délassoient en commun ; des tribunes où la patrie, par la bouche des orateurs, consultoit avec ses enfans, sur les moyens de les rendre heureux & glorieux. Mais entrons dans le récit des faits qui prouveront tout ce que nous venons de dire.

 

Lorsque les Grecs vainquirent les Perses à Salamine, on entendoit d’un côté la voix d’un maître impérieux qui chassoit des esclaves au combat, & de l’autre le mot de patrie qui animoit des hommes libres. Aussi les Grecs n’avoient rien de plus cher que l’amour de la patrie ; travailler pour elle étoit leur bonheur & leur gloire. Licurgue, Solon, Miltiade, Thémistocle, Aristide, préféroient leur patrie à toutes les choses du monde. L’un dans un conseil de guerre tenu par la république, voit la canne d’Euribiade levée sur lui ; il ne lui répond que ces trois mots, frappe, mais écoute. Aristide, après avoir longtems disposé des forces & des finances d’Athènes, ne laissa pas de quoi se faire enterrer.

 

Les femmes spartiates vouloient plaire aussi-bien que les nôtres ; mais elles comptoient frapper plus surement au but, en mélant le zele de la patrie avec les graces. Va, mon fils, disoit l’une, arme-toi pour defendre ta patrie, & ne reviens qu’avec ton bouclier, ou sur ton bouclier, c’est-à-dire vainqueur ou mort. Console – toi, disoit une autre mere à un de ses fils, console-toi de la jambe que tu as perdue, tu ne feras pas un pas qui ne te fasse souvenir que tu as défendu la patrie. Après la bataille de Leuctres, toutes les meres de ceux qui avoient peri en combattant, se félicitoient, tandis que les autres pleuroient sur leurs fils qui revenoient vaincus ; elles se vantoient de mettre des hommes au monde, parce que dans le berceau même, elles leur montroient la patrie comme leur premiere mere.

 

Rome qui avoit reçu des Grecs l’idée qu’on devoit se former de la patrie, la grava très-profondément dans le cœur de ses citoyens. Il y avoit même ceci de particulier chez les Romains, qu’ils méloient quelques sentimens religieux à l’amour qu’ils avoient pour leur patrie. Cette ville fondée sur les meilleures auspices, ce Romulus leur roi & leur dieu, ce capitole éternel comme la ville, & la ville éternelle comme son fondateur, avoient fait sur les Romains une impression extraordinaire.

 

Brutus pour conserver sa patrie, fit couper la tête à ses fils, & cette action ne paroître dénaturée qu’aux ames foibles. Sans la mort des deux traitres, la patrie de Brutus expiroit au berceau. Valerius Publicola n’eut qu’à nommer le nom de patrie pour rendre le sénat plus populaire ; Menenius Agrippa pour ramener le peuple du mont-Sacré dans le sein de la république ; Véturie, car les femmes à Rome comme à Sparte étoient citoyennes, Véturie pour désarmer Coriolan son fils ; Manlius, Camille, Scipion, pour vaincre les ennemis du nom Romain ; les deux Catons, pour conserver les lois & les anciennes mœurs ; Cicéron, pour effrayer Antoine, & foudroyer Catilina.

 

On eût dit que ce mot patrie renfermoit une vertu secrette, non-seulement pour rendre vaillans les plus timides, selon l’expression de Lucien, mais encore pour enfanter des héros dans tous les genres, pour opérer toutes sortes de prodiges. Disons mieux, il y avoit dans ces ames greques & romaines, des vertus qui les rendoient sensibles à la valeur du mot. Je ne parle pas de ces petites vertus qui nous attirent des louanges à peu de frais dans nos sociétés particulieres ; j’entends ces qualités citoyennes, cette vigueur de l’ame qui nous fait faire & souffrir de grandes choses pour le bien public. Fabius est raillé, méprisé, insulté par son collegue & par son armée ; n’importe, il ne change rien dans son plan, il temporise encore, & il vient à bout de vaincre Annibal. Régulus, pour conserver un avantage à Rome, dissuade l’échange des prisonniers, prisonnier lui-même, & il retourne à Carthage, où les supplices l’attendent. Trois Décius signalent leur consulat en se dévouant à une mort certaine. Tant que nous regarderons ces généreux citoyens comme d’illustres foux, & leurs actions comme des vertus de théatre, le mot patrie sera mal connu de nous.

 

Jamais peut-être on n’entendit ce beau mot avec plus de respect, plus d’amour, plus de fruit, qu’au tems de Fabricius. Chacun sait ce qu’il dit à Pyrrhus :

Gardez votre or & vos honneurs, nous autres Romains, nous sommes tous riches, parce que la patrie, pour nous élever aux grandes places, ne nous demande que du mérite.

Mais chacun ne sait pas que mille autres Romains l’auroient dit. Ce ton patriotique étoit le ton général dans une ville, où tous les ordres étoient vertueux. Voilà pourquoi Rome parut à Cynéas, l’ambassadeur de Pyrrhus, comme un temple, & le senat une assemblée de rois.

 

Les choses changerent avec les mœurs. Vers la fin de la république, on ne connut plus le mot patrie que pour le profaner. Catilina & ses furieux complices, destinoient à la mort quiconque le prononçoit encore en Romain. Crassus & César ne s’en servoient que pour voiler leur ambition, & lorsque dans la suite ce même César, en passant le Rubicon, dit à ses soldats, qu’il alloit venger les injures de la patrie, il abusoit étrangement ses troupes. Ce n’étoit pas en soupant comme Crassus, en bâtissant comme Lucullus, en se prostituant à la débauche comme Clodius, en pillant les provinces comme Verrès, en formant des projets de tyrannie comme César, en flatant César comme Antoine, qu’on apprenoit à aimer la patrie.

 

Je sais pourtant qu’au milieu de ce désordre, dans le gouvernement & dans les mœurs, on vit encore quelques Romains soupirer pour le bien de leur patrie. Titus Labienus en est un exemple bien remarquable. Supérieur aux vues d’ambition les plus séduisantes, l’ami de César, le compagnon & souvent l’instrument de ses victoires, il abandonna sans hésiter, une cause que la fortune protégeoit ; & s’immolant pour l’amour de sa patrie, il embrassa le parti de Pompée, où il avoit tout à risquer, & où même en cas de succès, il ne pouvoit trouver qu’une considération très-médiocre.

 

Mais enfin Rome oublia sous Tibere, tout amour de la patrie ; & comment l’auroit-elle conservé ? On voyoit le brigandage uni avec l’autorité, le manege & l’intrigue disposer des charges, toutes les richesses entre les mains d’un petit nombre, un luxe excessif insulter à l’extrême pauvreté, le laboureur ne regarder son champ que comme un prétexte à la vexation ; chaque citoyen réduit à laisser le bien général, pour ne s’occuper que du sien. Tous les principes du gouvernement étoient corrompus ; toutes les lois plioient au gré du souverain. Plus de force dans le sénat, plus de sureté pour les particuliers : des sénateurs qui auroient voulu défendre la liberté publique auroient risqué la leur. Ce n’étoit qu’une tyrannie sourde, exercée à l’ombre des lois, & malheur à qui s’en appercevoit ; représenter ses craintes, c’étoit les redoubler. Tibere endormi dans son île de Caprée, laissoit faire à Séjan ; & Séjan ministre digne d’un tel maître, fit tout ce qu’il falloit pour étouffer chez les Romains tout amour de leur patrie.

 

Rien n’est plus à la gloire de Trajan que d’en avoir ressuscité les débris. Six tyrans également cruels, presque tous furieux, souvent imbéciles, l’avoient précédé sur le trône. Les regnes de Titus & de Nerva furent trop courts pour établir l’amour de la patrie. Trajan projetta d’en venir à bout ; voyons comment il s’y prit.

 

Il débuta par dire à Saburanus, préfet du prétoire, en lui donnant la marque de cette dignité, c’étoit une épée :

prends ce fer, pour l’employer à me defendre si je gouverne bien ma patrie, ou contre moi, si je me conduis mal. Il étoit sûr de son fait.

Il refusa les sommes que les nouveaux empereurs recevoient des villes ; il diminua considérablement les impôts, il vendit une partie des maisons impériales au profit de l’état ; il fit des largesses à tous les pauvres citoyens ; il empêcha les riches de s’enrichir à l’excès ; & ceux qu’il mit en charge, les questeurs, les préteurs, les proconsuls ne virent qu’un seul moyen de s’y maintenir ; celui de s’occuper du bonheur des peuples. Il ramena l’abondance, l’ordre & la justice dans les provinces & dans Rome, où son palais étoit aussi ouvert au public que les temples, sur-tout à ceux qui venoient représenter les intérêts de la patrie.

 

Quand on vit le maître du monde se soumettre aux loix, rendre au sénat sa splendeur & son autorité, ne rien faire que de concert avec lui, ne regarder la dignité impériale que comme une simple magistrature comptable envers la patrie, enfin le bien présent prendre une consistance pour l’avenir ; alors on ne se contint plus. Les femmes se félicitoient d’avoir donné des enfans à la patrie ; les jeunes gens ne parloient que de l’illustrer ; les veillards reprenoient des forces pour la servir ; tous s’écrioient heureuse patrie ! glorieux empereur ! tous par acclamation donnerent au meilleur des princes un titre qui renfermoit tous les titres, pere de la patrie. Mais quand de nouveaux monstres prirent sa place, le gouvernement retomba dans ses excès ; les soldats vendirent la patrie, & assassinerent les empereurs pour en avoir un nouveau prix.

 

Après ces détails, je n’ai pas besoin de prouver qu’il ne peut point y avoir de patrie dans les etats qui sont asservis. Ainsi ceux qui vivent sous le despotisme oriental, où l’on ne connoît d’autre loi que la volonté du souverain, d’autres maximes que l’adoration de ses caprices, d’autres principes de gouvernement que la terreur, où aucune fortune, aucune tête n’est en sureté ; ceux-là, dis-je, n’ont point de patrie, & n’en connoissent pas même le mot, qui est la véritable expression du bonheur.

 

Dans le zele qui m’anime dit M. l’abbé Coyer, j’ai fait en plusieurs lieux des épreuves sur des sujets de tous les ordres : citoyens, ai-je dit, connoissez-vous la patrie ! L’homme du peuple a pleuré, le magistrat a froncé le sourcil, en gardant un morne silence ; le militaire a juré, le courtisan m’a persifflé, le financier m’a demandé si c’étoit le nom d’une nouvelle ferme. Pour les gens de religion, qui comme Anaxagore, montrent le ciel du bout du doigt, quand on leur demande où est la patrie, il n’est pas étonnant qu’ils n’en fêtent point sur cette terre.

 

Un lord aussi connu par les lettres que par les négociations, a écrit quelque part, peut-être avec trop d’amertume, que dans son pays l’hospitalité s’est changée en luxe, le plaisir en débauche, les seigneurs en courtisans, les bourgeois en petits maîtres. S’il en étoit ainsi, bien-tôt, eh quel dommage ! l’amour de la patrie n’y régneroit plus. Des citoyens corrompus sont toujours prêts à dechirer leur pays, ou à exciter des troubles & des factions si contraires au bien public.

 

Littré

1. Pays où l’on a pris naissance.

Mourir pour sa patrie est un sort plein d’appas

Pour quiconque à des fers préfère le trépas. [Corneille, Œdipe]

 

Fig.

Pour moi point de patrie, où vous ne serez pas. [Corneille, La toison d’or]

 

2. Particulièrement. Province, ville où l’on est né. Marseille est sa patrie.

 

La petite patrie, la localité où l’on est né, et aussi la famille.

Comme si ce n’était point par la petite patrie, qui est la famille, que le cœur s’attache à la grande. [Rousseau, Émile, ou De l’éducation]

 

3. Fig. La nation dont on fait partie, la société politique dont on est membre.

J’aurais mauvaise grâce de chercher de la gloire et des avantages par des choses qui ne sont pas de ma profession ; mais je suis Français très affectionné à ma patrie… [Vauban, Dîme, p. 2]

 

Patrie commune, l’État dans lequel on possède des droits politiques.