Définitions

Ajouter une définition

1660 : Bary

La Rhetorique Francoise

René Bary, La Rhetorique Francoise, Paris, Pierre le Petit, 1660, première partie, « De la possibilité des choses », p. 35

Consulter

Dictionnaires et encyclopédies

Furetière

Disposition des choses à pouvoir être faites. On connoist la possibilité de plusieurs choses, dont l'homme neantmoins ne peut venir à bout. La possibilité absoluë est ce qui n'est point repugnant, qui n'enferme point de contradiction.

 

Encyclopédie

C'est ce qui n'implique point contradiction. Toutes les fois qu'en assemblant deux idées nous appercevons clairement que l'une ne repugne point à l'autre, & qu'elles ne se détruisent pas réciproquement, nous regardons cette combinaison, & la proposition qui l'exprime, comme possibles. Il faut au reste bien distinguer entre possible & actuel. Tout ce qui n'implique pas contradiction est possible, mais il n'est pas actuel. Il est possible, par exemple, qu'une table, qui est quarrée, devienne ronde ; cependant cela n'arrivera peut-être jamais. Ainsi tout ce qui existe étant nécessairement possible, on peut conclure de l'existence à la possibilité, mais non pas de la possibilité à l'existence.

 

Nous sommes en droit de regarder comme possible, 1°. tout ce qui ne renferme rien de contradictoire à soi-même ; 2°. tout ce qui ne répugne point à quelqu'autre proposition déja reconnue pour vraie ; 3°. tout ce qui est supposé d'après l'expérience, suivant ce principe, tout ce qui est peut être ; 4°. toute combinaison d'attributs, dans laquelle l'un d'eux, ou quelques-uns déterminent tous les autres ; 5°. toute combinaison où l'on comprend que les attributs, quoiqu'ils ne se déterminent pas réciproquement, peuvent être associés ; 6°. tout ce qui suppose ce qui est déja démontré ; 7°. tout ce dont on peut faire voir la maniere dont il est produit, en donnant sa définition réelle, voyez Définition ; 8°. toute proposition qui est une conséquence légitime d'une vérité connue par la démonstration ou par l'expérience. Concluons donc que le possible est, à proprement parler, tout ce à quoi répond quelque idée. Les Cartésiens ont apperçu cette idée du possible quand ils l'ont défini, ce qui peut être apperçu clairement & distinctement par notre ame. Cependant, quand on s'en tient-là, l'idée du possible n'est pas suffisante & applicable à tous les cas. Car de ce que nous n'avons pas une idée d'une chose, & même de ce que nous ne pouvons pas l'acquérir, il ne s'ensuit pas qu'elle doive être exclue des possibles. Tout ce que nous concevons est possible. Fort bien ; mais tout ce que nous ne concevons pas n'est pas possible. Point du tout. Nous ne pouvons décider de l'impossibilité d'une chose que lorsque nous avons démonstration de la contradiction qu'elle renferme. Voyez Impossible.

 

La possibilité des choses ne dépend point de la volonté de Dieu ; car si les choses n'étoient possibles que parce que Dieu l'a voulu ainsi, elles deviendroient impossibles s'il le vouloit autrement ; c'est à-dire, que tout seroit possible & impossible en même tems, ce qui est contradictoire. Voyez Essence.

 

Littré

Qualité de ce qui est possible.

Les Hollandais se croyaient subjugués par le duc d'Albe, quand le prince d'Orange, par le sort réservé aux grands génies, qui voient avant tous les autres le point de la possibilité, conçut et enfanta leur liberté. [Retz, Mémoires]