Définitions

Ajouter une définition

1660 : Bary

La Rhetorique Francoise

René Bary, La Rhetorique Francoise Ou L'On Trouve de nouveaux Exemples sur les Passions & sur les Figures. Ou l'On Traite à Fonds de la Matière des Genres Oratoires, Paris, Pierre le Petit, 1660, troisième partie, « De l'antonomasie », p. 461

Consulter

1671 : Le Gras

La Rhetorique Françoise ou les preceptes de l'ancienne et vraye eloquence accomodez à l'usage des conversations & de la Societé civile : Du Barreau : Et de la Chaire

Le Gras, La Rhetorique Françoise ou les preceptes de l'ancienne et vraye eloquence accomodez à l'usage des conversations & de la Societé civile : Du Barreau : Et de la Chaire, Paris, A. de Rafflé, 1671, Troisième partie de la Rethorique, « De l'Elocution », chap. III, « Des Tropes », p. 193.

 

Consulter

1710 : Joseph de Jouvancy

Candidatus rhetoricae

Joseph de Jouvancy, L’Élève de rhétorique (Candidatus rhetoricae, 1e éd. 1710, 1e trad. 1892), édité par les équipes RARE et STIH sous la direction de D. Denis et Fr. Goyet, Paris, Classiques Garnier, 2019, troisième partie, "De l'élocution", chap. II, "Des figures", art. I, "Des Figures de Mots", §1. "Des Tropes", "L'Antonomase", p. 172-173. 

 

Consulter

1782 : Pierre Thomas Nicolas Hurtaut

Manuale rhetorices

P. T. N. Hurtaut, Manuale rhetorices ad usum studiosae juventutis academicae, Exemplis tum Oratoriis, tu Poeticis, editio tertia, Paris, chez l'auteur, 1782, troisième section "De Elocutione", chapitre II "De Sermonis Dignitate", "Primum genus Troporum, IV "De Antonomasiâ", p. 180-182.

Consulter

1837 : Joseph Victor Le Clerc

Nouvelle Rhétorique, extraite des meilleurs écrivains anciens et modernes

Joseph-Victor Le Clerc, Nouvelle Rhétorique, extraite des meilleurs écrivains anciens et modernes, suivie d'Observations sur les matières de composition dans les classes de rhétorique, et d’une Série de Questions à l’usage de ceux qui se préparent aux Examens dans les Collèges royaux et à la Faculté des Lettres, Bruxelles, Société belge de librairie, etc., Hauman, Cattoir et comp°, 1837 (1ère éd. 1823), p. 229.

Consulter

1872 : Colonia

De arte rhetorica, libri quinque

Dominique De Colonia, De Arte rhetorica libri quinque, Lyon, apud Briday Bibliopolam, 1872, Liber Primus, chap. I, art. II, "De Figuris verborum", § I, "De Tropis", V., "De quibusdam aliis Tropis", p 98

Consulter

Dictionnaires et encyclopédies

Furetière

Figure de Rethorique, par laquelle on se sert d’un nom appellatif au lieu du nom propre : comme, Le Philosophe, pour dire, Aristote : l’Apostre, pour dire, Saint Paul. Ce mot vient d’anti, qui signif. pro, et onoma, nomen, nom.

 

Encyclopédie

[Mallet]

Trope ou figure de Rhétorique, par laquelle on substitue le nom appellatif au nom propre, ou celui-ci au nom appellatif. Voyez Figure & Nom.

 

Par exemple, Sardanapale étoit un roi voluptueux, Néron un empereur cruel ; on donne à un debauché le nom de Sardanapale ; à un prince barbare le nom de Néron.

 

Les noms d’orateur, de poëte, de philosophe, d’apôtre, sont des noms communs, & qui se donnent à tous ceux d’une même profession ; cependant on applique ces mots à des particuliers comme s’ils leur étoient propres. Par l’orateur, on entend Ciceron ; par le poëte, Virgile ; par le philosophe, on entendoit autrefois dans les écoles, Aristote ; & en matiere de religion, l’apôtre, sans addition, signifie S. Paul. La liaison que l’habitude a mise entre le nom de Ciceron, & l’idée du prince des orateurs, entre celui de Virgile, & d’un excellent poëte ; de S. Paul, & d’un grand apôtre, font qu’on ne s’y méprend point, & qu’on ne balance pas sur l’attribution de ces titres à ces personnages, préférablement à d’autres.

 

Littré

Sorte de synecdoque qui consiste à prendre un nom commun pour un nom propre, ou un nom propre pour un nom commun. Un Zoïle pour un critique ; l’Orateur romain pour Cicéron.